Notre action | L'Association | News | Rwanda | Bulletin d'adhésion | Les Gorilles | Découverte | Liens | Contact
News


FÉVRIER 2017 : LE LIVRE D'UN PASSIONNÉ DE GRANDS SINGES !   


Vient de paraître le livre témoignage de Fabrice Martinez, fondateur de Gorilla, "Le Flic au secours des Gorilles" (Nouvelle édition 2017, 239 pages - Les Presses du Midi - 18€). Une préface de Brigitte Bardot. 
A LIRE ABSOLUMENT !!

 
Le flic au secours des gorilles

« Il y a des flics bien singuliers », chantait Brassens.

Fabrice MARTINEZ, à n’en pas douter, fait partie de ceux-là, lui qui murmure à l’oreille des grands singes. Il se voyait lointain explorateur et finit par intégrer les rangs de la police, par vocation. Mais une violente passion le cheville au corps : les gorilles ! Une femme admirable, Dian FOSSEY, se bat au Rwanda pour empêcher leur disparition. Elle meurt assassinée de six coups de machette, le 26  décembre 1985.
Dès le lendemain, Fabrice fonde l’Association Gorilla et s’envole pour le Rwanda où il plante sa tente au pied d’un volcan, sur le territoire des gorilles de montagne. En Afrique, il est désormais connu comme le policier blanc qui veut sauver les gorilles.
Mais ces gorilles se font rares. La faute aux hommes qui les chassent et qui détruisent inexorablement leur habitat naturel.


Fabrice MARTINEZ, policier hors norme, fondateur de l'Association Gorilla, rassemble ses souvenirs de flic, et entraîne le lecteur sur les pentes minérales des hauts volcans du Rwanda, territoire des grands gorilles de montagne, jusqu'aux confins du Congo, sanctuaire des derniers chimpanzés libres.

A commander chez votre libraire ou directement auprès des
éditions Les Presses du Midiwww.lespressesdumidi.fr

Email : lespressesdumidi@free.fr 
- Tél.04 94 16 90 20


Meilleurs voeux

NOVEMBRE 2016 : EN DIRECT DU RWANDA

 
Meurtres en RDC

"Un petit coucou amical depuis le Rwanda où je me trouve depuis déjà quelques jours. Au programme, une rencontre avec les autorités rwandaises et les gardes du Parc National des Volcans en charge de la lutte anti-braconnage et du tourisme, la visite d'une école, et bien sûr la chance de pouvoir partager des moments incroyables avec ces doux géants que sont nos amis les gorilles.

Toujours aussi motivé et déterminé à apporter avec Gorilla un soutien efficace dans la lutte pour la protection des derniers gorilles de montagne. "


Fabrice Martinez


NOVEMBRE 2016 : L'HUILE DE PALME, UNE TRAGÉDIE POUR LA VIE SAUVAGE !



Plusieurs pays, en Indonésie et en Afrique, continuent de sacrifier des pans entiers de leurs forêts, habitat naturel des grands singes (orang-outang, gorilles, chimpanzés) pour cultiver l'huile de palme.
Elle est aujourd'hui l'une des cultures en plus forte croissance dans le monde.

Elle constitue à n'en point douter une tragédie pour la vie sauvage. C'est la raison pour laquelle le consommateur sensible au devenir des grands singes, mais pas seulement, doit avoir le dernier mot en boycottant systématiquement ce produit de sa consommation courante.

  Fabrice Martinez avec un rangers du parc des Virunga

OCTOBRE 2016 : LA CITES RÉUNIE EN AFRIQUE DU SUD A RENFORCÉ LA PROTECTION DE NOMBREUSES ESPÈCES MENACÉES  

Auparavant "en danger", le gorille de l’Est (Gorilla graueri), plus grand primate du monde, est aujourd’hui considéré "en danger critique". Ce changement de situation est dû à un déclin de sa population de plus de 70% en vingt ans. On estime aujourd’hui> sa population à moins de 5.000 individus
Au dernier coup de marteau de la ministre des relations internationales sud-africaine, Maite Nkoana-Mashabane, entérinant ainsi l’ultime décision, les applaudissements des délégations du monde entier ont résonné dans la grande salle du centre des congrès de Sandton, à Johannesburg. Avec vingt-quatre heures d’avance, la Convention internationale sur le commerce d’espèces sauvages menacées d’extinction (Cites) a achevé ses travaux, ce mardi 4 octobre.
Sur les visages de la majorité des représentants des organisations de défense des animaux, des sourires de soulagement et de satisfaction. Pour cette COP17, 17e réunion depuis la signature d’un accord intergouvernemental, en 1973, de nombreuses espèces de la faune et de la flore en danger ont obtenu une protection renforcée par les 152 pays présents en Afrique du Sud pendant onze jours de discussions.

Pétition ouganda

"Après avoir assisté à onze COP, je crois fortement que ce fut l’une des plus réussies pour la faune et la flore", a réagi Susan Lieberman, de l’organisation non gouvernementale américaine, Wildlife Conservation Society (WCS).
"Nous avons été rassurés par les gouvernements, qui ont pleinement adopté le principe de précaution en prenant des décisions dans le meilleur intérêt des espèces sauvages."

Un constat partagé par le Fonds international pour la protection des animaux (IFAW) : "Nous avons vu un réel changement dans l’état d’esprit des décideurs à cette conférence", a jugé le responsable Kelvin Alie. "Il y a le sentiment que les considérations de conservation ont primé quand il s’agissait de protéger la faune et la flore, au lieu de simplement s’attacher à leur valeur sur le marché."
Le secrétaire général de la Cites, John Scanlon, a salué "le tournant majeur" que constitue cette COP17.

Les moyens de lutte contre le trafic illégal ont également été renforcés, notamment contre la cybercriminalité. Passée quasi inaperçue, une résolution a été adoptée par les parties pour lutter explicitement contre la corruption. Une première historique.
"C’est un petit pas, mais c’est un pas important, car le mot fut longtemps tabou dans les discussions, rappelle Steven Board, directeur exécutif de Traffic, un réseau mondial de surveillance de la vie sauvage. Les pays ont enfin accepté de reconnaître publiquement que c’était un problème qui minait les efforts de lutte contre le trafic illégal."

"C’est un signal important, qui doit permettre à terme de déployer des moyens pour cibler la corruption de haut niveau chez les responsables politiques et militaires, et pas seulement les petites mains", renchérit un expert d’Interpol présent à Johannesburg.

Après celui des armes, de la contrefaçon et des êtres humains, le braconnage est le quatrième commerce illégal le plus lucratif sur la planète. Il génère environ 20 milliards de dollars par an.

"Il y a de telles sommes en jeu, que la corruption est présente à tous les niveaux dans des régions comme l’Afrique centrale", regrette David Greer, responsable du programme grands singes chez WWF et fin connaisseur de la région. "Il est courant de retrouver des armes confisquées par des officiels dans les mains de trafiquants, ou encore de voir des preuves disparaître ou des suspects détenus se retrouver libres comme par magie."

Pour Dawud Mume Ali, directeur général de l’Autorité de conservation de la faune et de la flore éthiopienne, "cela ne sert à rien de classer des espèces dans telle ou telle annexe si sur le terrain on ne parvient pas à empêcher le contournement du système en échange d’une enveloppe de liasse de billets". La prochaine réunion de la Cites, COP18, aura lieu en 2019 au Sri Lanka.


SEPTEMBRE 2016 : QUATRE DES SIX GRANDS SINGES A DEUX DOIGTS DE L'EXTINCTION



La dernière mise à jour de la liste rouge de l'UICN, a mis en exergue la situation critique du gorille de l'est, le plus grand primate vivant, classé désormais comme une espèce en danger critique de disparition à cause de la chasse illégale notamment. 

Le gorille Grauer, l’une des deux sous-espèces de la République Démocratique du Congo, a perdu 77 % de sa population depuis 1994.  


D'ailleurs, aucune région du monde n’échappe désormais au déclin, car le patrimoine vivant est majoritairement victime de la perte d’habitats naturels. Les espèces ne résistent pas à la dégradation générale de leur environnement – réduit, fragmenté, pollué ou carrément détruit. Le réchauffement climatique accentue la pression avec son lot de sécheresses et de tempêtes ; la chasse et la pêche ajoutent à cette situation catastrophe.

Au total, quatre des six espèces de grands singes sont maintenant en « danger critique », à un pas de l’extinction.

Quand cessera l'hécatombe ?

>>Plus d'infos>>


Fabrice Martinez avec un rangers du parc des Virunga

SEPTEMBRE 2016 : LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE AFFIRME SA COMPÉTENCE SUR LES CRIMES ÉCOLOGIQUE  

Pétition ouganda

Bonne nouvelle !

La Cour de La Haye va enquêter sur les crimes entraînant des ravages écologiques. Un signal, qui se veut dissuasif, adressé aux responsables d'accaparement des terres et de destruction des milieux naturels.


"Les parcs nationaux ont été créés pour protéger la faune et la flore. Cela ne doit souffrir d'aucun compromis." (Dian Fossey)


>>Plus d'infos sur actu-environnement.com>>


AOÛT 2016 : RWANDA : 22 NOUVEAUX BÉBÉS GORILLES VONT RECEVOIR LEUR NOM DE "BAPTÊME" !
 

Pétition ouganda

La désormais traditionnelle cérémonie Kwita Isina aura lieu le 2  septembre 2016 à Kinigi, au Parc National des Volcans, en présence de nombreux invités.


Cet événement annuel célèbre le succès de la conservation au Rwanda, pays célèbre pour sa faune exceptionnelle dont l'emblématique gorille de montagne.
Ces naissances sont un encouragement et viennent récompenser les efforts du Rwanda et de ses partenaires pour la protection des gorilles de montagne et de leur habitat.


JUILLET 2016 : 31 JULY - WORLD RANGERS DAY - JOURNÉE MONDIALE DES RANGERS




Le 31 juillet 2016, a été décrété journée mondiale des rangers. L'occasion de rendre hommage à tous ces valeureux gardes qui risquent chaque jour leur vie pour protéger la nature.

Fabrice Martinez avec un rangers du parc des Virunga

MAI 2016 : 25ÈME ANNIVERSAIRE DE LA MORT DU GORILLE MRITHI
 

Le 21 mai 1991, le gorille à dos argenté Mrithi, chef du groupe 13, tombait sous les balles dans le parc National des Volcans au Rwanda. Un acte gratuit attribué à des guérilleros apeurés, sur le qui vive, en cette période trouble qui précéda le génocide rwandais. Mrithi était devenue une vedette internationale après le rôle qu'il joua dans le film hommage à Dian Fossey, "gorilles dans la brume", aux côtés de Sigourney Weaver.

Pétition ouganda

Fabrice Martinez se souvient avec émotion de ce drame, un de plus dans cette région tourmentée des volcans Virunga.
"Ils l'ont abattu à l'arme de guerre, au lever du jour. Ils ne lui ont laissé aucune chance. Le sacrifice d'un chef car il n'y a pas eu d'autres gorilles blessés ou tués dans le groupe. Le dos argenté s'est effondré à deux mètres seulement de son nid. Son cadavre était encore chaud lorsqu'il a été découvert par les gardes, puis transporté sur un brancard de bambous au village de Kinigi.
Ce fut un bien triste jour. Les yeux mi-clos, les bras en croix, Mrithi faisait figure de martyr. Il succédait tragiquement à Digit. Mort pour rien. Je comprenais bien mieux l'immense tristesse de Dian Fossey en découvrant les corps mutilés de tous ses protégés..."

Mrithi restera comme le premier gorille victime officielle de la guerre civile au Rwanda.


AVRIL 2015 : LES GRANDS SINGES À L'HONNEUR SUR TF1

 
TF1

Le samedi 16 avril â 14h50, TF1 propose un reportage de 60' intitulé "Les Anges de la Jungle".

Gorilles des montagnes, chimpanzés… Les grands singes sont en voie de disparition, victimes du trafic et de la déforestation. Au cœur de l'Afrique, des Français se battent pour protéger ces primates.


Pendant plusieurs semaines, les équipes de Reportages Découverte ont suivi Fabrice Martinez au Rwanda, dans le Parc des Volcans ; Aliette Jamart, Lucie et Charlotte au Congo, dans le Parc de Conkouati ; Roxanne et Franck à Lubumbashi, en République Démocratique du Congo. Ils sont bénévoles et défendent avec passion et courage cette espèce qui partage 98% de notre ADN.


Tous à vos postes ! 

MARS 2016 : NON Â L'EXPLOITATION DU PÉTROLE DANS LES VIRUNGA.
L'OUGANDA DOIT DIRE STOP !



Le pétrole et les parcs nationaux ne font pas bon ménage. Le parc des Virunga est le plus ancien parc d'Afrique, et le territoire des derniers gorilles de montagne. Peut-on accepter qu'il vive sous la menace constante de compagnies pétrolières ?

Regarder ce petit film et voyez pourquoi un forage serait si dévastateur. 
À partager. Merci !

https://vimeo.com/157112142/708f5bb11c



Save Virunga

MARS 2016 : PÉTITION AU PRÉSIDENT DE L'OUGANDA POUR LA FIN DE L'EXPLORATION PÉTROLIÈRE

 
Pétition ouganda

Monsieur le Président Museveni,


Nous vous écrivons pour exiger la fin immédiate de l'exploration pétrolière dans le lac Edward.
Votre projet pour permettre le forage de pétrole près de parc national Queen Elizabeth et le parc national des Virunga en République démocratique du Congo menace les forêts de la région primaire, les gorilles de montagne, et les communautés locales tributaires de la forêt. Ces écosystèmes intacts sont inestimables et beaucoup trop précieux pour être détruits, pour un seul gain financier à court terme. Leur perte portera un préjudice définitif à votre grande nation et au monde.

Les produits de l'Ouganda et de toute société du marché devront faire face à l'escalade de protestation et d'éventuels boycotts jusqu'à ce que vous vous engagiez à ne pas détruire une partie de la dernière grande forêt tropicale et d'habitat de gorille. Toute société qui se verra accorder des droits de forage sera humiliée puis condamnée comme SOCO en RDC.

L'extraction de l'huile de pétrole dans les écosystèmes naturels primaires sensibles comme les forêts provoquera inévitablement des dommages environnementaux graves. Le Parc national des Virunga est inscrit au patrimoine mondial depuis 1979. Avec la proximité du parc national Queen Elizabeth, ces écosystèmes intacts constituent des trésors inestimables. Ils doivent être absolument préservés...

 

A l'heure des prix records du pétrole bas et de l'escalade brusque du climat, vous faites courir un grand risque à votre pays et au potentiel de développement des populations et des écosystèmes. Nous vous prions de cesser immédiatement d'émettre des permis pétroliers dans les zones de Ngaji et à proximité, et de protéger toutes les forêts primaires restantes dans votre nation. Le monde entier vous regarde et attend votre décision de suspendre l'exploration pétrolière dans le lac Edward.

Cordialement,

Pour signer la pétition, cliquez sur ce lien : http://www.rainforestportal.org/shared/alerts/sendsm.aspx?id=congo_oil_virunga


FEVRIER 2016 : RDC : LA BATAILLE POUR LA PROTECTION DU PARC DES VIRUNGA S'ÉTEND À L'OUGANDA  

Après la République démocratique du Congo (RDC), la bataille pour mettre à l’abri le parc national des Virunga de l’exploitation pétrolière gagne l’Ouganda. Jeudi 21 janvier, une coalition de soixante ONG a demandé au gouvernement de Kampala de renoncer à attribuer une licence d’exploration dans le lac Edouard. Ce lac que se partagent la RDC et l’Ouganda, fait partie, côté congolais, des Virunga, le plus vieux parc national africain, classé patrimoine mondial de l’Unesco.

"Le lac Edouard est au cœur de l’écosystème des Virunga. Autoriser le forage pétrolier revient à mettre en péril la région et est incompatible avec le statut de site inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO que les deux gouvernements concernés ont l’obligation de protéger aux termes de la convention [dont ils sont signataires]", écrivent les mouvements de défense de l’environnement dans leur déclaration commune.

L’Unesco s’est d’ailleurs saisie du dossier en août 2015 pour faire part de ses inquiétudes et rappeler l’Ouganda à ses obligations. Le courrier officiel adressé à l’ambassadeur ougandais auprès du siège de l’institution est jusqu’à présent resté sans réponse.

Six concessions et seize entreprises sur les rangs
La coalition d’ONG, composée en majorité d’associations congolaises et ougandaises et de quelques associations internationales dont Global Witness et Greenpeace, appelle aussi les deux pays à signer un moratoire commun « visant àempêcher toute exploration et extraction pétrolière dans la région des Virunga prise au sens large. Dans le cadre de cet accord, tous les permis d’exploration en vigueur dans cette zone, ainsi que tout projet visant à en octroyer de nouveaux devraient être annulés ». Le Rwanda, qui partage aussi une frontière commune avec le site, pourrait y être associé.
Le lac Edouard, appartient au parc naturel des Virunga dans sa partie congolaise. Son sous-sol suscite la convoitise des compagnies pétrolières.
Ouganda

Depuis six ans, au prix d’un dur combat contre le gouvernement de RDC et les majors pétrolières, le développement d’une activité pétrolière a pu être contenue côté congolais. Sous la pression de l’Unesco et des bailleurs internationaux, en particulier européens, Joseph Kabila a accepté de temporiser. En mai 2013, la compagnie française Total, qui possède un bloc d’exploration à cheval sur le parc, a annoncé qu’elle ne procéderait à aucune prospection à l’intérieur du site naturel où vivent certaines espèces parmi les plus menacées, comme les gorilles de montagne. Un an plus tard, la britannique SOCO s’est, à son tour, engagée à se retirer du parc après avoir achevé des sondages sismiques sur le lac Edouard. Celle-ci a été plus récemment mise en cause par l’ONG Global Witness pour ses liens avec l’armée congolaise et les pressions exercées sur les populations riveraines du lac Edouard hostiles à ses activités. Environ 200 000 personnes, dont d’importantes communautés de pêcheurs, dépendent du lac pour leur subsistance.

Ouganda La bataille qui s’ouvre  aujourd’hui  ne sera pas plus facile. Les récentes découvertes de pétrole le long de la vallée du Rift offrent à l’Ouganda la promesse d’une importante source de revenus et l’accès à l’énergie dont plus de 80 % de la population sont encore privés. L’utilisation de la manne pétrolière est l’un des thèmes au cœur de la campagne présidentielle dont le scrutin est prévu le 18 février. Le gouvernement de Yoweri Museveni s’apprête à accorder six concessions dans la vallée du Rift, où les premières études ont estimé les réserves potentielles à 6,5 milliards de barils de pétrole et 500 milliards de m3 de gaz naturel. Seize entreprises sont sur les rangs. Jusqu’à présent, seules trois compagnies, Total, l’africaine Tullow et la chinoise CNOOC sont présentes dans le pays.

Premières gouttes d’or noir

Les limites de ce bloc empiètent sur un autre parc national : le Queen Elizabeth. Les ONG rappellent qu’il attire, bien qu’étant moins emblématique que les Virunga, près du tiers de toutes les visites touristiques enregistrées par les parcs nationaux ougandais. «Prospecter dans cette région serait mauvais pour l’environnement et pour l’économie. Cela risque de provoquer des dégâts irréversibles dans l’un des sites les plus prisés d’Ouganda. Alors que le marché du pétrole est hautement volatil et que les cours se sont effondrés, le gouvernement ferait mieux de préserver l’un des secteurs dynamiques de notre économie », plaide Onesmus Mugyenyi, vice-président d’Advocates Coalition for Development and Environment (ACODE).

En RDC, où les découvertes pétrolières remontent aux années 1970, la production stagne autour de 25 000 barils par jour. En Ouganda, les premières gouttes d’or noir pourraient jaillir de terre à partir de 2018, si les cours du pétrole demeurent suffisamment attractifs pour assurer la rentabilité de lourds investissements.

Tourisme contre pétrole ? Protection de la biodiversité et développement durable contre des industries extractives aux retombées limitées pour les populations locales ? Aux Virunga, cet affrontement aux allures de David et Goliath n’est pas prêt d’être tranché.

Laurence Caramel

Le monde Afrique


JANVIER 2016 : 30 ANS DE GORILLA EN IMAGES !

 

Dans la nuit du 25 décembre 1985, Dian Fossey était sauvagement assassinée dans sa cabane du centre de recherche de Karisoke, au cœur du parc des volcans, en Afrique centrale. 
Ce meurtre dans la brume n'a jamais été élucidé.

Passionné par ces grands singes fascinants, bouleversé par cette mort injuste, Fabrice Martinez, un jeune policier de 21 ans sensible à la cause animale, fonde dès le lendemain, GORILLA, la première association française pour la protection des gorilles, toujours active aujourd'hui !

C'est seul et en sac à dos qu'il se rend en 1986 au Rwanda où il plante sa tente au pied du volcan Sabinyo. Il vit alors sa première expérience avec des gorilles de montagne. Elle sera déterminante pour la suite de son projet. Après une nuit inoubliable dans la cabane de Dian Fossey, il sera témoin de la mort tragique du grand gorille Mrithi, héros du film "gorilles dans la brume", tué par balles en 1992 dans un pays désormais troublé par les premiers heurts entre Hutus et Tutsis

.A l'occasion des 30 ans de l'Association Gorilla (1985-2015), nous vous proposons ce petit film réalisé par un sympathisant de Gorilla. L'occasion de revenir sur les moments forts de cette aventure exaltante au secours des grands singes; du Rwanda et ses célèbres gorilles de montagne, au Congo, en soutien à Aliette Jamart et ses chimpanzés orphelins du sanctuaire de Conkouati.
L'occasion aussi de se souvenir et de rendre un nouvel hommage à Dian Fossey et, à travers elle, â toutes celles et ceux, vous tous, sympathisants, bénévoles, adhérents, bienfaiteurs, qui avez choisi de vous engager aux côtés des associations pour la défense  d'une nature en grand danger. Votre soutien est essentiel. 

N'oublions pas non plus tous ceux, beaucoup trop nombreux, gardes, guides, travailleurs, conservateurs, qui paient souvent de leur vie leur contribution exceptionnelle pour la protection de ces grands singes en survie et de leur territoire menacé, patrimoine mondial de l'humanité.
Que leur sacrifice n'ait pas été consenti en vain...

Nos meilleurs voeux pour 2016. Que cette année soit l'occasion de nouveaux succès, de nouvelles réalisations pour la cause qui nous est si chère...
Gorilla soutient la lutte anti-braconnage et conduit un programme de sensibilisation en milieu scolaire car c'est l'éducation qui sauvera la nature. Elle milite aussi pour un tourisme responsable qui limite l'impact sur les populations gorilles.


DÉCEMBRE 2015 : 30ÈME ANNIVERSAIRE DE LA MORT DE DIAN FOSSEY  

Dans la nuit du 25 décembre 1985, Dian Fossey était assassinée à coups de machette dans sa cabane du centre de recherche de Karisoke, au cœur du parc des volcans, au Rwanda. Elle aurait aujourd'hui 83 ans.
Son corps sera découvert au petit matin du 26 décembre par les travailleurs de Karisoke, parmi lesquels notre ami Jean Bosco Bizumuremyi (notre photo).
Un bien triste Noël pour tous ceux qui aimaient cette femme dévouée, réputée incorruptible.
Jean Bosco qui fut un des derniers témoins à voir Dian Fossey en vie se souvient encore de ce terrible drame comme si c'était hier. "Ce soir là, avant de laisser Dian, j'avais disposé les cadeaux de Noël au pied du sapin. Ces cadeaux que nous venions d'emballer allaient être distribués dès le lendemainâ  tous ceux qui partageaient son quotidien, ses fidèles gardes et travailleurs. Elle aimait beaucoup la fête de Noël. C'était sa préférée. Chaque année, elle se faisait une joie d'organiser cette fête à laquelle étaient invités tous les travailleurs de Karisoke, ainsi que leur famille. Souvent le soir, au camp, elle venait nous rendre visite et blaguer avec nous. Elle était très gentille.."
Jean Bosco n'avait que 16 ans lorsque Dian Fossey l'engagea comme jeune travailleur à Karisoke. Il s'était attaché à cette américaine pugnace qui aura consacré 18 années de sa vie à protéger les derniers gorilles de montagne.
La mort de Dian le bouleversa durablement et aujourd'hui encore, il en parle avec une grande émotion. "Elle était comme ma maman. J'ai beaucoup pleuré ce jour là."

Dian Fossey Fabrice Martinez et Jean Bosco Bizumuremyi

Tellement de choses ont été dites ou écrites. 
Qui a tué Dian Fossey ? Sa mort non élucidée reste aujourd'hui encore un mystère.
L'Association française Gorilla a été fondée au lendemain de la mort de Dian Fossey par Fabrice Martinez. Elle fête aujourd'hui ses 30 ans d'existence. "Je me souviens précisément de ce jour terrible où j'appris sa mort, car il y a des morts qui vous marquent à tout jamais. Je me suis lancé dans cette aventure au nom de cette femme et de ma passion pour ces grands singes menacés. Ce drame injuste annonçait pour les gorilles désormais orphelins une bien sombre destinée. Les gorilles étaient appelés à disparaître. Jamais cette situation ne m'était apparue aussi dramatique qu'à la lecture de son merveilleux livre. Aujourd'hui encore, l'Association Gorilla, pour modeste qu'elle soit, continue à se rendre utile pour la cause des gorilles. Les grands singes et leur forêt ont besoin de nous..."
Le combat de Dian Fossey n'aura pas été vain. La population des gorilles de montagne continue à croitre pour atteindre quelque 880 individus. "Je suis très reconnaissant à tous ceux, gardes, guides, conservateurs, qui courageusement consacrent leur vie â leur protection," conclut Fabrice.

DÉCEMBRE 2015 : MEURTRES DANS LES SITES DU PATRIMOINE MONDIAL : L’UNESCO DEMANDE À LA RDC DE SÉVIR

 
Meurtres en RDC

La directrice-générale de l’UNESCO demande à l’État congolais d’arrêter et de traduire en justice les auteurs de dizaines de meurtres qui ont eu lieu dans différents sites du Patrimoine mondial de la RDC en 2015.

Dans un communiqué diffusé durant le week-end, Irina Bokova condamne la recrudescence de violences de la part des miliciens, notamment dans les parcs nationaux de Garamba et des Virunga ainsi que dans la Réserve de faune à okapis (RFO), en Ituri.
Le dernier meurtre a eu lieu il y a plus d’une semaine dans le territoire de Mambasa. Un gardien de la RFO a été abattu dans le village de Zunguluka, sur la route nationale numéro 4.


Mme Bokova demande à la RDC de respecter son engagement de sécuriser les biens et les sites du Patrimoine mondial, conformément à la déclaration de Kinshasa signée le 14 janvier 2011.

Elle appelle aussi la communauté internationale et la Monusco à appuyer les équipes de la RFO et à renforcer les FARDC (Forces armées de la République Démocratique du Congo), pour assurer la sécurité des populations locales et du personnel de l’Institut congolais pour la conservation de la nature (ICCN).

Selon l’UNESCO (Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture), des dizaines de gardes et de civils ont été tués dans les différents sites du Patrimoine mondial en RDC depuis le début de l’année.


NOVEMBRE 215 : L'ASSOCIATION GORILLA SUR FACEBOOK


Retrouvez désormais toute l'actualité de L'Association Gorilla sur Facebook.

Restons connectés !
Rendez-vous sur la page Facebook de l'Association Gorilla (ici) et cliquez sur J'aime.

Merci pour votre soutien.
Merci pour EUX.
Facebook

SEPTEMBRE 2015 : LE RWANDA AFFICHE UNE BELLE DÉTERMINATION  

Ce mois-ci, en marge de la cérémonie Kwita Izina s'est tenue une conférence à Kigali sur la conservation.
La conférence portait sur tous les aspects de la conservation : son rôle dans le développement économique du pays; le rôle du secteur privé, des partenaires au développement du pays et des sociétés civiles dans l’agenda national de la conservation; la problématique de l’utilisation des ressources naturelles et de la terre en général; l’avenir de la conservation dans le pays et la problématique du tourisme de masse qui pourrait devenir à terme une menace pour les animaux et les écosystèmes du pays.

Le Rwanda confirme en s'inscrivant résolument dans une démarche de conservation active de ses parcs et réserves.


LES DIFFÉRENTS DÉFIS


Il y a un peu plus de 30 ans, la population des Gorilles des montagnes au Rwanda était de 300 individus. Chacun s’était presque résigné à les voir disparaître (en raison du braconnage notamment). Malgré tout, certaines personnes ont voulu croire que ce n’était pas la fin pour ces grands singes. Aujourd’hui on compte une population d’environ 800 Gorilles des montagnes et tous les efforts sont faits pour que ce nombre augmente encore.

Pourtant ce succès auprès des Gorilles implique l’apparition de plusieurs nouveaux challenges :
- Le premier semble évident : les animaux étant de plus en plus nombreux, la probabilité qu’ils se déplacent au delà des limites du parc et des frontières du pays est plus grande. La densité élevée des populations humaines suppose, dès lors, l'apparition de nouveaux conflits entre les animaux et les Hommes.
- Il y a ensuite le succès des permis Gorilles (malgré son prix prohibitif de 750$!). Ces permis engrangent 60.000$ de profit chaque jour ce qui montre bien l’affluence importante des touristes auprès des populations Gorilles. La problématique repose sur la recherche du parfait équilibre entre le tourisme Gorilles et la limite à mettre pour ne pas que ce tourisme ait un impact trop important et donc négatif sur la Nature et le bien être des grands singes.
- Il a été aussi question de la possibilité de partager les revenus des parcs avec les populations qui vivent autour des parcs. C'est une forme de sensibilisation puisque les populations peuvent concrètement apprécier l’impact bénéfique de l'écotourisme sur leur quotidien.

Gorille de montagne
 
Si l'on considère que l’évolution des infrastructures touristiques au Rwanda est un fait positif pour la conservation, il est clair que l’augmentation de la population de Gorilles peut poser des « problèmes » de conflits avec les populations humaines. L’idée serait donc de créer des périmètres autour des parcs qui prendraient en compte l'évolution des populations de Gorilles. La difficulté, vous l'aurez compris, est que le Rwanda est un petit pays surpeuplé, et augmenter le territoire des parcs signifierait réduire celui des Hommes et quand on touche à ce qui « appartient » aux Hommes ça rend les choses tout de suite plus compliquées.


LE RWANDA ET LES RESSOURCES NATURELLES SOUTERRAINES

Il y a quelques temps, il a été découvert des gisements souterrains de pétrole au Parc Virunga en RDC. Ces recherches ont été menées par Total et Soco dans l’idée d’exploiter les gisements, au détriment du Parc, de son écosystème et de ses populations animales et humaines. Beaucoup se sont émus de cette situation, et depuis, Total s’est retiré du parc et de l’idée de le saccager pour en tirer quelques gouttes de pétrole. Soco reste sans doute intéressé par ce projet. Officiellement, ils sont partis, officieusement ils persistent dans leur démarche mortifère.
Le scénario pourrait très bien se reproduire au Rwanda quand on sait qu’il existe aussi des ressources souterraines dans le pays. Fort heureusement, le 1er ministre Rwandais a fait une déclaration claire et probablement la première déclaration aussi tranchée d'un gouvernement concernant l’exploitation des ressources naturelles de son pays : la conservation passe avant tout !
Soyons cohérents, les Gorilles génèrent 80% du tourisme au Rwanda. Ils survivent dans un parc national dont les sols regorgent de pétrole. Admettons que l'on décide de l'exploiter. Les sols seront pollués, les écosystèmes aussi. 20 ans ou plus de prospérité grâce au pétrole et après ?
Le Rwanda qui compte des atouts considérables doit rester vigilant. D'où l'intérêt de développer les énergies renouvelables que ce soit grâce aux énergies hydrauliques créées par les innombrables cascades du pays, l’électricité produite par les déchets ou encore l’énergie solaire.

Le Rwanda fourmille d’idées pour maintenir la biodiversité du pays et pour protéger ses écosystèmes. Le fait que le pays protège aujourd’hui 10% de son territoire est une preuve de l'engagement des autorités. Voilà la clé, celle d'un gouvernement qui tient le cap de la conservation et du tourisme sans se laisser corrompre par les industries pétrolières ou minières qui souhaiteraient exploiter les sols pour des gains immédiats et illusoires. Et quand on sait que LA ressource touristique du Rwanda sont ses parcs, sa faune et sa flore exceptionnelles, il n'y a en effet aucune raison de détruire tant d'efforts consentis dans le domaine de la conservation.


JUILLET 2015 : HOMMAGE AUX HOMMES ET AUX FEMMES DU PARC DES VIRUNGA !

 
Parc des Virunga

En visite en République Démocratique du Congo (RDC), dans le Parc des Virunga, Fabrice Martinez a pu apprécier le dévouement des personnels et la qualité des infrastructures.

 "Nous pouvons être rassurés par le formidable travail réalisé dans le Parc des Virunga. 700 hommes et femmes constituen taujourd'hui une force jeune et particulièrement motivée, très engagée pour assurer la sécurité dans le parc et la lutte contre le braconnage." 


Même si des problèmes subsistent, ces personnels font preuve d'une grande compétence. Bien formés et équipés, les "intrus" n'ont désormais qu'à bien se tenir. L'Institut congolais pour la conservation de la Nature donne aujourd'hui une bien belle image de sa détermination à vouloir protéger coûte que coûte l'intégrité de ce territoire magnifique, joyau de l'Afrique, et patrie des derniers gorilles de montagne. 


Un grand MERCI à ces courageux "soldats" qui font un travail remarquable et parfois dangereux
, au péril de leur vie, sous l'impulsion de leur directeur, Emmanuel de Merode, et de son adjoint, Innocent Mburanumwe
Ces hommes, tous très dévoués, méritent notre respect et notre soutien. 



MAI 2015 : AU SECOURS DES GORILLES



L'Association Gorilla fêtera bientôt ses 30 ans d'existence.

Et à l'occasion de cet anniversaire, Fabrice Martinez annonce la réalisation d'un album-photos qui reviendra sur toutes ces années de lutte au secours des gorilles.
Une manière de partager avec tous les passionnés les exaltations et les peines dans ce combat si difficile pour la sauvegarde de ce proche cousin menacé de disparition.

Au secours des gorilles
En attendant, rappelons l'existence de ce livre fondateur "Au secours des gorilles" aux Presses du Midi, dans lequel Fabrice Martinez se livre sans détour sur son amour pour les gorilles.
Un récit exaltant au cœur d'une Afrique magnifique, destiné à tous ceux qui rêvent d'une aventure sur la piste des derniers gorilles, de Karisoke à Conkouati.
Fabrice Martinez

AVRIL 2015 : GORILLES DE MONTAGNE : VIVE LA CONSANGUINITÉ !  

Les gorilles de montagne sont porteurs depuis d’innombrables générations d’un niveau alarmant de consanguinité, mais leur envie de vivre a été plus forte que leur handicap qu’ils ont même retourné à leur avantage.

En effet, d’après un examen détaillé de leur patrimoine génétique réalisé par une équipe internationale dirigée par Yali Xue, du Wellcome Trust Sanger Institute (Grande-Bretagne), le tiers des gorilles des volcans Virunga descend de parents proches. L’avenir d’une population composée d’un tel nombre d’individus homozygotes (possédant des copies identiques des gènes du père et de la mère) est en principe fortement compromis. Ses membres sont exposés au risque de mutations nuisibles pour leur santé, d’affaiblissement de leur système immunitaire, de la baisse du nombre de reproducteurs à chaque génération et d’incapacité à faire face aux bouleversements environnementaux.

Gorilles de montagne
Or, assurent les auteurs de cette étude parue dans la revue Science, rien de tel n’est à craindre chez les gorilles chers à l’immortelle Dian Fossey. Lors de leur déclin démographique entamé il y a 100.000 ans et attribuable à un isolement provoqué par des changements de milieu, ils se sont adaptés à la vie en petits groupes en se débarrassant au fur et à mesure des gènes issus des mutations indésirables.


Et ce n’est pas la seule grande surprise. Alors qu’on les imaginait incomparablement plus nombreux par le passé, les généticiens ont calculé que leur population moyenne se comptait depuis les temps immémoriaux en centaines, donc à peu près comme  aujourd’hui, où ils sont quelque 880 à survivre, dont 440 sur les pentes des Virunga, au Rwanda et en RDC, et 400 dans la Forêt impénétrable de Bwindi, en Ouganda.
© WWF Martin Harvey

Pour leur travail, les chercheurs ont eu recours aux échantillons de sang prélevés lors des soins apportés ces dernières années à sept gorilles de montagne sauvages blessés par des pièges. Ils ont comparé les résultats obtenus par analyse du génome des autres espèces ou sous-espèces gorilles, de l’Est et de l’Ouest africains.


Même si la taille proposée pour les populations ancestrales des gorilles de montagne laisse quelque peu dubitatifs certains conservateurs, ces derniers apprécient le nouvel outil que cette étude met à leur disposition sous la forme de cartes génétiques qui pourront les aider à identifier l’origine de chaque gorille tué ou capturé illégalement. Quant à la consanguinité, la question s’est posée dès leur premier recensement qui les a fait évaluer, en 1927, entre 600 et 850, chiffre étonnamment proche de leurs effectifs actuels. L’intensification de la destruction de leur habitat et du braconnage dans la seconde moitié du 20ème siècle leur a fait traverser la pire période de leur existence. Il existait même un projet de capture d’un certain nombre de gorilles de plaine orientaux, leurs proches parents, pour les relâcher auprès d’eux et leur apporter du sang neuf. Ce projet a été abandonné lorsqu’on a compris que ce n’était pas la consanguinité, mais  la destruction de leur habitat et leur dérangement qui étaient les causes principales de leur déclin. Les gorilles de montagne n’étaient plus que 253 en 1981, avant de remonter lentement la pente, malgré les terribles conflits armés humains déclenchés à leur proximité.

Auteur : Vilem Bischof

FÉVRIER 2015 : SUR LA PISTE DES GRANDS SINGES
Marc Ancrenaz
Marc Ancrenaz, vétérinaire en faune sauvage, spécialiste mondial des grands singes, conduit un programme exceptionnel en Indonésie, pour la sauvegarde des forêts et des orangs-outans.
Exposition Museum d'histoire Naturelle
Nous savons que les grands singes (chimpanzés, gorilles et orangs-outans) sont nos plus proches parents, mais que connaissons-nous vraiment d'eux ?
L'exposition, conçue par le Muséum national d'Histoire naturelle, propose de partir à leur rencontre dans leur environnement. Guidés par les scientifiques, qui nous font partager leur travail sur le terrain, découvrez leur vie au cœur de la forêt tropicale mais aussi les menaces qui pèsent aujourd'hui sur eux : dégradation de leur habitat, chasse, trafic, maladies...
Tous sont en danger d'extinction mais il est possible et urgent d'agir !
Du 11 février 2015 et jusqu'au 21 mars 2016.
Pour toutes informations :
http://grandssinges.grandegaleriedelevolution.fr/fr


DECEMBRE 2014 : DES GORILLES ET DES HOMMES
[Carnet de voyage] naturaliste au Congo Brazzaville



L'Association Gorilla vous conseille ce carnet de voyage qui retrace, à travers croquis, photos et aquarelles, l’expédition au Congo Brazzaville d’une équipe de primatologues du CNRS venus observer les grands singes dans leur environnement naturel.
Un séjour qui permet de découvrir les menaces qui pèsent sur cette espèce protégée, telles le braconnage ou l’épidémie d’Ebola, les efforts déployés par les chercheurs pour assurer leur sauvegarde ainsi que les enjeux économiques et sociaux de cette entreprise. 


Textes & Dessin : A.Dan
Edition : La boîte à bulles
Carnet de Voyage : Des gorilles et des Hommes

JANVIER 2015 : VOYAGE AU RWANDA (GORILLES ET CHIMPANZÉS)

Chers amis,

Deux voyages au pays des gorilles vous sont proposés en 2015.

En partenariat avec Objectif nature

Assurément l'une des rencontres les plus émouvantes du continent africain, le rendez-vous avec les gorilles. Ce périple vous conduira tour à tour d’Akagera au parc national des volcans, immortalisé par Dian Fossey, l'un des meilleurs endroits pour observer et photographier dans de bonnes conditions le gorille de montagne et le chimpanzé; Et lorsque vous aurez plongé votre regard dans les yeux d'un gorille, vous ne serez plus jamais le/la même !

Fabrice Martinez au Rwanda
Vous souhaitez vivre une aventure exceptionnelle et réaliser votre rêve sur la piste des derniers grands gorilles de montagne ?

L'association Gorilla associée à Objectif Nature proposent aux amoureux de la nature et des grands singes un séjour au Rwanda, à la rencontre des derniers gorilles de montagne et des chimpanzés.

Toutes les personnes intéressées par ce voyage découverte doivent s'inscrire auprès d’Objectif Nature. 


Pour plus de renseignements, contactez Objectif Nature au  01.53.44.74.30 (Eléonore Lepage)
www.objectif-nature.com

--- Cliquez ici pour accéder au programme complet de ces séjours. ---


DECEMBRE 2014 : LA POPULATION DES GORILLES DE MONTAGNE TOUJOURS EN AUGMENTATION


La population des gorilles de montagne est estimée aujourd'hui à 880 gorilles répartis sur les trois pays que sont le Rwanda, l'Ouganda et la République Démocratique du Congo. Avec 65 km de clôture en pierres, le territoire des gorilles est désormais entièrement délimité et efficacement protégé. Cette ceinture de pierres volcaniques empêche les buffles et les éléphants tentés par les cultures avoisinantes de sortir du parc. Elle assure également la protection de la forêt, en évitant que les populations  tentées par le "grignotage" pour de nouvelles parcelles de terres cultivables continuent une déforestation dramatique.
Quant au tourisme, il se porte plutôt bien puisque le Rwanda enregistre quelque 25.000 visiteurs par an. Rappelons qu'une partie des revenus du tourisme sont investis dans la lutte anti-braconnage et la protection du Parc. Ce travail périlleux et indispensable est assuré par un personnel nombreux et motivé que Gorilla continuera à soutenir.
Gorille de montagne

NOVEMBRE 2014 : AIDEZ LE CHIMPANZÉ CHOCOLAT !

 

En 2001, des chasseurs tuaient sa mère dans la forêt congolaise. Le bébé chimpanzé femelle venait de naître.
Des balles de chevrotines lui ont transpercé un bras et plusieurs éclats ont atteint le côté droit du crâne. Arrachée à sa mère, elle a été ramenée, sanglante et effrayée, dans le village le plus proche. Elle sera ensuite confiée à Graziella Cotman dont le sanctuaire à Tchimpounga accueillait les chimpanzés victimes du braconnage.

Minuscule petite boule, cette femelle baptisée Chocolat ayant plus ou moins 15 jours pesait à peine plus d’1kg. Des soins rapides lui furent administrés. Les abcès de la tête incisés et les balles extirpées, les plaies guérirent. Elle souffrait également d’une forte déshydratation. Malheureusement, les lésions avaient endommagé une partie de son cerveau. Des exercices spécifiques lui permirent d'assumer son handicap. Elle grandit au milieu d'autres chimpanzés mais très vite ses congénères la laissaient seule pour aller jouer dans les arbres comme des chimpanzés normaux. Chocolat était définitivement handicapée.

Chocolat et Graziella

Aujourd'huielle vit au Kenya et sa situation nécessite un accompagnement permanent même si elle peut à présent circuler dans une forêt appropriée à son handicap. Huit ans déjà depuis le grand départ du Congo et Chocolat a bien grandi. 
Elle ne peut rester seule et doit toujours avoir une personne avec elle, dehors, toute la journée.
Chocolat a besoin d'aide

Hélas, les faibles moyens dont dispose Graziella ne lui permettent plus d’assumer seule l’entretien de Chocolat.


C'est la raison pour laquelle nous lançons cet appel afin que Graziella puisse continuer à donner à cette femelle chimpanzé qui a maintenant presque 15 ans les soins et l'amour qui lui sont nécessaires.

Pour information, le coût mensuel pour l’entretien de Chocolat est de 25 000 shillings kenyans soit  250 dollars.

Adressez vos dons à : Association Gorilla - B.P. 131 - 26702 Pierrelatte cedex.
(Mention "Chocolat" au dos de votre chèque). Merci pour elles...

OCTOBRE 2014 : DISPARITION D'ANDRÉ LUCAS


C'est avec une grande tristesse que nous avons appris la disparition d'André Lucas, à l'âge de 70 ans.
Cet explorateur naturaliste a traversé près de 80 pays pour filmer et photographier les animaux. Il fut un pionnier de l'habituation des gorilles de montagne à l'époque de Dian Fossey qu'il connût à Karisoke. "Huit mois chez les gorilles" était le titre d'un article que lui avait consacré à son retour le magazine "30 millions d'Amis", se souvient Fabrice Martinez, alors adolescent, qui aura par la suite l'occasion de le croiser sur le plateau de l'émission de Marlyse Delagrange "Les Animaux du Monde" sur TF1, mais aussi au Muséum d'Histoire Naturelle à Paris où André était employé.


En 2013, André retournait dans le Parc National des Volcans pour les besoins d'un magnifique documentaire diffusé en début d'année sur France 2, "Un amour de gorille". Des images rares et émouvantes d'un homme attachant de retour sur le territoire des derniers gorilles de montagne à qui il manquera désormais.
André LUCAS

JUIN 2014 : PARC DES VIRUNGA, EN RDC : SOCO VA CESSER TOUTE EXPLORATION PÉTROLIÈRE

 
Victoire pour les protecteurs ! Soco se retire des Virunga. En outre, Soco promet de ne pas mener d'opérations dans tous les autres sites classés au patrimoine mondial de l'Unesco. En échange, le WWF s'engage à retirer sa plainte déposée en octobre 2013 auprès de l'agence britannique de l'Organisation de Coopération et de Développement Economique (OCDE) concernant des violations présumées des droits de l'Homme et des protections environnementales. "Aujourd'hui est une victoire pour notre planète et pour les bonnes pratiques des entreprises. Ce succès est le résultat du travail des fonctionnaires du gouvernement, des militants en RDC et de tous les autres sympathisants", a déclaré le directeur général du WWF, Marco Lambertini. "Il est temps maintenant pour le gouvernement de la RDC de réaffirmer sa conviction que les Virunga ont une valeur universelle exceptionnelle pour l'humanité entière en annulant toutes les concessions pétrolières chevauchant les limites du parc, tel que cela a déjà été demandé par l'Unesco", a-t-il ajouté.


Parc des Virunga

Un parc d'une richesse inouie
Abritant une biodiversité exceptionnelle, le parc des Virunga était l'objet depuis plusieurs mois d'une rude bataille entre Soco et plusieurs associations de riverains, de la société civile ou de défense de l'environnement. Au coeur du contentieux: la volonté de Soco et des autorités congolaises de développer des projets d'exploration pétrolière dans l'enceinte du parc, ce qui est interdit par la convention internationale pour la protection du patrimoine mondial, à laquelle adhère la RDC. Le 12 mai, le WWF avait déploré les "menaces de mort" proférées contre deux membres de son personnel opposés aux projets d'exploration pétrolière dans le parc naturel des Virunga. Cette plus vieille réserve naturelle d'Afrique s'étend au Nord-Kivu sur près de 800.000 hectares à la frontière avec l'Ouganda et le Rwanda. En près de vingt ans, plus de 140 gardes du parc ont été tués dans l'exercice de leurs fonctions, notamment par des rebelles locaux ou étrangers se livrant à des activités illégales (braconnage, déforestation...), selon la direction du parc.


Le 15 avril dernier, Emmanuel de Mérode, directeur du parc, avait été grièvement blessé par balle lors d'une attaque menée par des hommes armés non identifiés au Nord-Kivu, une province de l'Est où opèrent plusieurs dizaines de groupes armés.

2014 : VOYAGE AU RWANDA (GORILLES ET CHIMPANZÉS)

Chers amis,

Deux voyages au pays des gorilles vous sont proposés en 2014.

En partenariat avec Objectif nature

Assurément l'une des rencontres les plus émouvantes du continent africain, le rendez-vous avec les gorilles. Ce périple vous conduira tour à tour d’Akagera au parc national des volcans, immortalisé par Dian Fossey, l'un des meilleurs endroits pour observer et photographier dans de bonnes conditions le gorille de montagne et le chimpanzé; Et lorsque vous aurez plongé votre regard dans les yeux d'un gorille, vous ne serez plus jamais le/la même !

Fabrice Martinez au Rwanda
Vous souhaitez vivre une aventure exceptionnelle et réaliser votre rêve sur la piste des derniers grands gorilles de montagne ?

L'association Gorilla associée à Objectif Nature proposent aux amoureux de la nature et des grands singes un séjour au Rwanda, à la rencontre des derniers gorilles de montagne et des chimpanzés.

Toutes les personnes intéressées par ce voyage découverte doivent s'inscrire auprès d’Objectif Nature. 


Pour plus de renseignements, contactez Objectif Nature au  01.53.44.74.30 (Sophie Joubert)
www.objectif-nature.com

--- Cliquez ici pour accéder au programme complet de ces séjours. ---


MARS 2014 : HELP CONGO, DE HIER À DEMAIN

 
Sa rencontre avec le chimpanzé "Coucou" a été le début de cette belle histoire qu'est et restera pour toujours le projet HELP.
Depuis 1989, la vie d'Aliette Jamart s'est tournée vers les chimpanzés, la forêt et tous les animaux, grands ou petits qui la peuplent.
De découvertes en découvertes, elle a plongé tête la première sans toujours comprendre ces mots nouveaux utilisés par tous ces gens d'un milieu qui lui était alors inconnu. Et le soir, seule, après son travail, elle cherchait dans le dictionnaire ces mots qui ne s'y trouvaient pas car faisant partie d'un langage spécifique, celui de la conservation.
Elle a "appris" les chimpanzés, les gorilles, toute une faune nouvelle pour elle, des bébés pour la plupart, tous, si effrayés de se trouver parmi les hommes. Et leur ayant promis la liberté, il a fallu tenir parole. Puis se fut  la découverte de la lagune de Conkouati et le  site qu'elle baptisera le triangle.

Aliette JAMART, fondatrice d'HELP CONGO

De la nursery, elle a expérimenté avec succès les relâchés tant décriés par les spécialistes. Un premier relâcher pour une première mondiale ! La route est tracée. Les autres peuvent désormais la suivre, l'imiter, voire mieux faire en évitant ses échecs, n'appliquant que ce qui réussit.

A l'heure actuelle, une femelle de la première génération, née libre, est partie rejoindre ses amoureux sauvages. Émilie et Tessie viennent de nous présenter leur bébé nés à quelques jours d'intervalles. Lucie, la femelle qui nous inquiétait depuis mai 2012 a à nouveau ses chaleurs ce que nous n'avions plus vu depuis longtemps. Toutes les femelles de Help Congo, Jeannette, Choupette, Cheyenne partent retrouvés les chimpanzés sauvages.
N'ayant plus rien à prouver, Aliette se lance à corps perdu dans le reboisement d'espèces forestières au moyen de graines et de jeunes plants condamnés car mal placés. Les débroussailleuses tournent à plein régime pour gagner du terrain et planter, planter encore et toujours.

Voilà vers ce à quoi se destine aussi le projet HELP que soutien Gorilla depuis tant d'années ; la création de corridors pour permettre la circulation des animaux ; développement durable grâce aux espèces forestières utiles à l'homme ; programmes de sensibilisation et d'éducation ; Accueil d'étudiants pour la recherche...

Pour en savoir plus : www.help-primates.org

14 FÉVRIER 2014 : PARC NATIONAL DES VIRUNGA : l’OCDE SE PRONONCE CONTRE SOCO

 

L’agence britannique de l’OCDE a retenu la plainte du WWF contre la compagnie britannique pétrolière Soco International. Elle a annoncé un examen approfondi des faits. Le WWF reproche à l’entreprise de systématiquement violer les droits de l’homme et de l’environnement dans le cadre de ses projets de prospection pétrolière dans la région du Parc national des Virunga. SOCO met sciemment en péril la population et les animaux de cette région. 

Centre de Conservation des Chimpanzés

La décision de l’OCDE (Organisation de Coopération et de Développement économiques) confirme les soucis du WWF à l’égard du plus ancien parc national d’Afrique. Et elle envoie un signal fort à l’économie et aux industries. "Les entreprises ne peuvent plus se permettre de ne pas respecter les standards sociaux et environnementaux", déclare Doris Calegari, responsable de la protection des espèces au WWF Suisse. Cette décision constitue en outre un précédent qui va permettre aux protecteurs de la nature de combattre les menaces environnementales avec l’appui de l’OCDE. L’agence de l’OCDE examine les objections du WWF et amorce ainsi un processus au cours duquel Soco va être amené à prendre position. 

Plus de 600‘000 personnes ont déjà signé la pétition lancée contre les projets pétroliers de Soco. Et le comité de l’UNESCO a demandé à la République démocratique du Congo d’annuler les concessions pétrolières déjà accordées. Le parc national est un site inscrit au Patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1979. Sur la pression du WWF, le groupe pétrolier français Total, au bénéfice d’une concession, a déjà annoncé publiquement qu’il abandonnait tout projet dans les sites UNESCO.


FÉVRIER 2014 : URGENT ! GUINÉE : LE CENTRE DE CONSERVATION POUR CHIMPANZÉS RECHERCHE 2 VOLONTAIRES

 
Centre de Conservation des Chimpanzés

Deux postes sont à pourvoir avant mi-mars!

Les volontaires aident l’équipe de soigneurs locaux dans toutes les tâches: préparation et distribution des repas ; sortie en forêt avec le groupe des crèches ; enrichissement avec les autres groupes si nécessaire ; aide à l’entretien des infrastructures et du camp...

Le CCC recherche des personnes motivées capables de travailler en équipe au milieu de nulle part, capables de s’intégrer dans l’équipe en place tout en apportant ses compétences. Il faut savoir faire preuve d’initiative aussi. Avoir une excellente santé physique et mentale est indispensable. Une expérience animalière (et des primates) est un plus, une expérience en Afrique ou des voyages est aussi demandée.

Envoyer CV, lettre de motivation et 2 lettres de référence à projetprimates.france@yahoo.fr

Pour plus d'informations, se rendre sur le site de Projet Primates


JANVIER 2014 : TOGO, 3 TRAFIQUANTS DE PEAUX ET TÊTES D'ESPÈCES FAUNIQUES PROTÉGÉES INTERPELLÉS À LOMÉ

 


Le Samedi, 11 Janvier 2014, trois grands trafiquants de peaux et de têtes d’espèces fauniques protégées de nationalité togolaise et béninoise ont été arrêtés à Lomé alors qu’ils s’apprêtaient à livrer 15 peaux de panthère, 7 peaux de lion, 2 peaux de gorille, 1 peau de singe rouge, 2 morceaux de peau d’éléphant, 14 carapaces de tortue marine, 10 têtes de panthère et 5 têtes de lion, à l'un de leurs clients.
Cette grande arrestation a pu avoir lieu grâce à l’assistance technique, logistique, à la collaboration et à la parfaite coordination de l’ANCE/Projet TALFF et l’OCRTIDB. Des investigations sont en cours pour tenter d'identifier d'autres membres de ce réseau. La preuve que le trafic est largement répandu sur l'ensemble du continent africain.




Gorilla exprime toute son admiration et son soutien le plus actif pour le travail remarquable réalisé partout en Afrique pour lutter contre ce fléau que représente le braconnage.


DÉCEMBRE 2013 : HOMMAGE À DIAN FOSSEY


 
Dian Fossey

Voilà 28 ans nous quittait Dian Fossey, lâchement assassinée dans sa cabane du centre de recherches de Karisoke au Rwanda.
Les circonstances de sa mort demeurent aujourd'hui encore mystérieuses. Le coupable était t'il braconnier, ou homme de paille servant des intérêts politiques et financiers de la région... ?
Cette célèbre primatologue aura consacré 18 années de sa vie à la protection des derniers gorilles de montagne. Son courage et son œuvre ont survécu au temps et restent un exemple pour tous ceux qui sont sensibles à la cause animale. Déterminée, incorruptible, elle considérait les parcs nationaux comme des sanctuaires inviolables, crées pour la protection totale de la faune et de la flore. Cela ne pouvait souffrir d'aucun compromis.


OCTOBRE 2013 : LES PÉTROLIERS À L'ASSAUT DU PAYS DES GORILLES DE MONTAGNE


 
Puit de pétrole

On sait depuis quelques années que les gorilles de montagne vivent au-dessus d’une poche d'hydrocarbures (bloc V de la carte ci-jointe) censée contenir des milliards de barils de pétrole aux alentours des lacs Albert et Edouard, et qui traverse le Parc National des Virunga (PNV).

En 2010, la République démocratique du Congo a octroyé un permis de prospection à plusieurs compagnies pétrolières. La levée de boucliers des défenseurs de la nature a contraint Kinshasa à suspendre le permis en attendant les résultats d’une étude d’impact. Les candidats au projet y ont alors renoncé, sauf le groupe SOCO International (Royaume-Uni).
En 2012, les Britanniques ont été récompensés pour leur persévérance par l’autorisation d’explorer le secteur par voie aérienne, et furent rejoints dans le projet par le groupe français Total.



Le plus ancien Parc naturel d’Afrique (créé en 1925 sous le nom de Parc national Albert) est classé depuis 1979 au patrimoine de l’UNESCO, avec le rang de site en péril depuis 1994. En théorie, en vertu des lois nationales et de la Convention du patrimoine mondial ratifiée par la RDC, son double statut parc national-patrimoine mondial le protège contre toute activité extractive. Des années de prospection sont à prévoir et aucun forage n’est à craindre dans l’immédiat, mais, si rien n’est fait pour l’éviter, les activités d’une compagnie pétrolière à l’intérieur du PNV risquent de devenir, à terme, légales, et d’entraîner son déclassement tacite.


Pour les écologistes congolais et internationaux, il faut agir contre ce projet, d’autant que plusieurs tentatives de protestation ont échoué. Cet été, les représentants des communautés riveraines du Parc dépendant des ressources halieutiques du lac Edouard ont demandé à leur gouvernement d’appliquer les lois et règlements qui interdisent les activités nuisibles à l’environnement.

Leur initiative vient d’être renforcée par celle du WWF qui vient d'ailleurs de décider de porter le cas devant l'OCDE (Organisation de Coopération et de Développement Économiques) arguant que les activités de Soco mettent en danger les populations locales vivant dans le parc des Virunga, ses animaux et leurs habitats. Dans une pétition*, dont les initiateurs espèrent récolter 50.000 signatures, l’organisation internationale demande à « toutes les parties de protéger le Parc national des Virunga contre l’exploitation pétrolière et de poursuivre son développement durable ».




De son côté, Gorilla exige que la société Soco cesse immédiatement ses activités d'exploitation au sein du parc. 


http://petitions.wwf.fr/sos-virunga

Parc national des Virunga

SEPTEMBRE 2013 : EMISSION SUR FRANCE INTER

 
France Inter

Fabrice Martinez, le président de Gorilla, était l'invité de l'émission d'Allain Bougrain-Dubourg et de Élisabeth de Fontenay "Vivre avec les bêtes" sur France Inter.




Pour en savoir plus >>

JUILLET 2013 : "MOI, DIAN FOSSEY" AU FESTIVAL D'AVIGNON !

 
Moi, Dian Fossey

Si vous passez par Avignon, Gorilla vous recommande vivement la pièce de Pierre Tré-Hardy, superbement interprétée par Stéphanie Lanier, "Moi, Dian Fossey".



 Ne manquez pas ce rendez-vous de l'émotion avec Dian Fossey, telle que l'a voulu l'auteur, dans sa dernière nuit...

Une nuit peuplée d'ombres vastes, de bruits, de cris familiers, de fureur aussi, la voici couchée à terre, frappée mortellement.
La voici à nouveau debout, la musique de son coeur bat dans ses tempes, c'est l'Afrique et ses chers gorilles au bout de sa respiration. "Je me souviens", dit-elle.
Elle, ressurgit comme par magie de son agonie, pour nous dire sa force encore, son amour pour les gorilles, la forêt, sa fragilité, son combat magnifique qui surpasse l'oubli...



Du 6 au 28 juillet 2013 au théâtre du chien qui fume en Avignon





Pour en savoir plus et réserver >>

AVRIL 2013 : VISITES AU CONGO
 

Lesio-Louna PPG

Le président de Gorilla, Fabrice MARTINEZ, revient du Congo-Brazzaville où il a pu rencontrer les différents acteurs impliqués dans les projets de conservation des grands singes parmi lesquels, Frédéric MARCHAND, directeur de la réserve Lesio-Louna (PPG Léfini/Fondation Aspinall) et Aliette JAMART, présidente de Help Congo (sanctuaire de Conkouati).
Plusieurs audiences au Ministère des Eaux et forêts ont permis de progresser sur les dossiers en cours.
Ce pays aux immenses forêts et riche d’une faune exceptionnelle mérite une attention toute particulière. Le soutien à la lutte anti-braconnage sous l’égide de LAGA (The last Great Ape organization) se révèle d’une heureuse efficacité.

L’Association Gorilla est déterminée à soutenir les projets en cours et à s’investir durablement au Congo pour maintenir ce degré d’exigence.   


MARS 2013 : Fabrice MARTINEZ invité de RTL pour parler de Dian Fossey

Jeudi 14 mars 2013, le président de Gorilla et Allain Bougrain Dubourg étaient les invités de Jacques Pradel sur RTL pour évoquer la tragique disparition de Dian Fossey au Rwanda.
27 ans plus tard, sa mort tragique reste un mystère.

Voici le lien pour réécouter l'émission

Jacques Pradel RTL

JANVIER 2013 : LES GORILLES DU KIVU PARMI LES 25 PRIMATES LES PLUS MENACÉS AU MONDE !

Les gorilles de plaine orientaux, proches cousins des gorilles de montagne, vivant dans l’est de la République démocratique du Congo, viennent d’être inscrits par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) sur la liste des 25 primates les plus menacés au monde.*
Evalués à 17.000 en 1995, ils seraient aujourd’hui à peine 4.000, d’après le chiffre généralement avancé, mais impossible à vérifier en raison de l’insécurité qui règne toujours dans le Kivu congolais. L’UICN parle prudemment de 2.000 à et 10.000 individus.



Qu’est-ce qui s’est passé ?



Au milieu des années 1990, des centaines de milliers de réfugiés rwandais fuyant le génocide, avec à leurs trousses des milices rebelles poursuivies par les forces armées gouvernementales, ont franchi la frontière congolaise et se sont dirigés surtout vers le Parc national du Kahuzi-Biega (PNKB), terre de l’écrasante majorité des gorilles de cette sous-espèce.
Et comme si un malheur ne suffisait pas, les réfugiés et leurs persécuteurs y ont été rejoints par des milliers de chercheur de coltan (minerai devenu incontournable, au moment même de ce terrible drame humain, pour l’industrie électronique, notamment pour les fabricants de téléphones mobiles).
 
Gorilles de plaines / des montagnes
Le gorille de plaine oriental, appelé aussi gorille de Grauer (à gauche), se distingue du gorille de montagne
(à droite) notamment par un nez étroit.

Résultat :
Déboisement intensif et braconnage sans précédent, dont les gorilles et les éléphants sont devenus la cible principale. Les gorilles auraient perdu au moins la moitié de leurs effectifs entre 1996 et 1999. Lorsque les gardes du Parc ont pu retourner dans les zones sécurisées, ils n'ont retrouvé aucun des mâles à dos argenté qui avaient dirigé les groupes accoutumés aux visites de touristes. En plein d'endroit gisaient des ossements de gorille éparpillés, des amas d'os brûlés. Des braconniers en possession de quartiers de viande, de peaux et de crânes de gorille ont été arrêtés. Des villageois ont vu des hommes transportant des cadavres entiers de gorille.

Heureusement, il restait toujours des gorilles survivants, qui se sont retirés vers les zones éloignées, où ils n'étaient plus poursuivis. Dans le secteur d'altitude du Parc, dont la situation est la mieux connue, il restait 130 gorilles, contre quelque 250 auparavant. Même si la paix n'est toujours pas revenue dans la région, l'écotourisme a pu reprendre dans ce secteur, des naissances y ont été observées et deux nouveaux groupes de gorilles repérés ces derniers temps. Mais c'est l'immense secteur de plaine, le plus touché par les occupations humaines et échappant à tout contrôle, qui suscite toujours de vives inquiétudes. Le conservateur du PNKB, Radar Nishuli a estimé à sept cents les derniers gorilles dans l'ensemble du Parc. Alors que l'opinion internationale s'est fortement préoccupée - à juste titre - du sort des gorilles des volcans Virunga, des milliers de gorilles sont donc morts sous les balles de braconniers à quelques centaines de kilomètres de là, dans une indifférence quasi totale du monde extérieur. Avec près de 900 individus recensés, les gorilles de montagne sont aujourd'hui trois fois et demi plus nombreux qu'à l'époque de Dian Fossey. Les gorilles du Kivu, eux, ont vu pendant ce temps leurs effectifs diminuer peut-être autant de fois. Ils ont le triste privilège de remplacer, dans la mise à jour du document de l'UICN, les gorilles de Cross River : leur avenir semble encore plus compromis que celui de la minuscule population des quelque 250 anthropoïdes des forêts frontalières entre le Nigeria et le Cameroun.

Rappel : L'espèce gorille oriental (Gorilla beringei) est divisée en deux sous-espèces : gorille de montagne (Gorilla beringei beringei) et gorille de plaine oriental (Gorilla beringei graueri). Ces derniers gorilles étaient initialement considérés comme des gorilles de montagne vivant en dehors des Virunga, dans les montagnes et surtout les plaines du Kivu.

* Russell A. Mittermeier, Christoph Schwitzer, Anthony B. Rylands, Lucy A. Taylor, Federica Chiozza, Elizabeth A. Williamson and Janette Wallis (eds.). 2012. Primates in Peril: The World's 25 Most Endangered Primates 2012–2014. IUCN/SSC Primate Specialist Group (PSG), International Primatological Society (IPS), Conservation International (CI), and Bristol Conservation and Science Foundation, Bristol, UK.


 Juin 2012 : Malgré le braconnage et les violences régionales, le Rwanda préserve ses gorilles

Depuis une dizaine d'années, le nombre des gorilles des montagnes croît dans le massif des Virunga, que se partagent Rwanda, Ouganda et République démocratique du Congo (RDC). Les grands singes y sont désormais environ 480, pour une population mondiale totale de quelque 790.

Cette tendance positive, observée en dépit de conflits armés chroniques côté RDC, en bordure de l'habitat des gorilles, est essentiellement le fruit de la lutte contre le braconnage, disent les autorités rwandaises. Le braconnage "diminue d'année en année," grâce notamment aux travaux de sensibilisation des communautés locales", assure Télesphore Ngoga, chef de la division conservation au Rwanda development board (RDB). "On n'a plus de situation de braconnage de bébés gorilles comme avant."

Les gorilles ne sont plus tellement "visés par les pièges" des braconniers, confirme Augustin Basabose, directeur par intérim du Programme international de conservation des gorilles. Mais ils se font désormais souvent prendre à la place d'autres animaux, comme les antilopes.

Le secteur touristique est une importante source de devises étrangères pour le pays: il a, selon le RDB, rapporté 252 millions de dollars en 2011. Une journée avec les gorilles au Rwanda coûte aujourd'hui au visiteur étranger 750 dollars. C'est cher...

A l'entrée du parc des Volcans, un ranger attend les visiteurs (jamais plus de huit par groupe de gorilles) pour les guider sur le chemin broussailleux, pentu et glissant des primates. Il a bien une kalachnikov en main, mais elle est plus là en prévision d'une impromptue rencontre avec des buffles que pour répondre à l'instabilité de l'autre côté de la frontière.

La récente flambée de violences dans l'est de la RDC, conséquence d'une mutinerie au sein de l'armée, touche désormais de plein fouet le flanc congolais du massif des Virunga. En mai, les mutins "ont traversé le parc pour arriver dans le secteur gorille," explique par téléphone le directeur du parc national congolais du Virunga, Emmanuel de Mérode. Depuis environ six semaines, poursuit-il, les portes du parc congolais sont fermées aux touristes.

Le responsable dit avoir perdu trois hommes le mois dernier, tombés dans une embuscade le long d'une route alors qu'ils protégeaient des civils. La semaine dernière, quand deux rangers ont été blessés par balle et à la baïonnette dans des accrochages, les patrouilles dans le "secteur gorille" ont été suspendues.

Les rangers n'avaient jeudi toujours pas rétabli le contact avec deux des six familles de gorilles du parc, qui se "trouvent dans des zones inaccessibles", dit encore le responsable.
Les violences se déroulent à quelques dizaines de km de là, mais côté rwandais, la vie semble suivre son cours normal. Seul changement notable récemment, les "patrouilles conjointes" de rangers rwandais et congolais ont cessé, dit M. Ngoga. Tout au plus aussi, certains se demandent si des gorilles n'ont pas ou ne vont pas traverser la frontière pour fuir les échanges de tirs. "Les gorilles sont sensibles aux crépitements des balles et se promènent d'un pays à l'autre pour chercher de la nourriture." Les gorilles passent fréquemment d'un pays à l'autre pour de courtes périodes.


 Novembre 2011 : Stéphanie court pour "Gorilla"

Initiative originale que celle d'une adhérente de Gorilla, Stéphanie. Sportive et passionnée, elle a participé aux 21,100 km d'Andresy (Val d'Oise). Malgré une blessure au genou, elle a porté dignement les couleurs de notre association, sensibilisant au passage les nombreux concurents de cette course. Très motivée, elle prépare un prochain évènement et ne désespère pas de sensibiliser encore plus de monde à la cause des gorilles qui nous tient tant à coeur. Désormais, son souhait le plus cher serait d'organiser une manifestation de running au profit de l'association. Elle a également créé une page sur Gorilla dans son profil Facebook. Nous remercions Stéphanie pour cette belle initiative et la sensibilité qui la caractérise. A encourager.

Amicalement

FM/Gorilla .


 Juin 2011 :

Aliette JAMART était de passage en France, dans la région de Montpellier d'où elle est originaire. Sa rencontre avec Fabrice MARTINEZ a porté sur la situation des grands singes au Congo mais aussi sur l'écriture de ses mémoires. Pour la « Dame aux chimpanzés », la situation au Congo demeure malheureusement préoccupante. Il existe toujours une pression énorme sur la forêt de la part des miniers, des pétroliers et des forestiers. Avec l'ouverture de nouvelles voies de communication, la faune congolaise reste en grand danger.

Aliette poursuit son œuvre au Congo, pour la préservation de la faune congolaise. Avec son sanctuaire à Conkouati que Gorilla soutient activement, son combat reste d'actualité. Elle craint que le développement du tourisme de vision dans le parc national ne vienne perturber le déroulement de la réintroduction des chimpanzés ex-captifs dans la zone protégée. HELP CONGO poursuit son programme de reboisement sur le sanctuaire. Les personnes intéressées par son action et désirant apporter leur soutien peuvent s'adresser à Gorilla. HELP CONGO dont les besoins sont toujours aussi importants recherche des éco-volontaires susceptibles de séjourner sur une longue durée (minimum six mois) dans son sanctuaire.

Contact : ecrire@help-primates.org
Site internet : Help-primates.org

Amicalement

FM/Gorilla .


 AVRIL 2011 : Documentaire 52 ' - Vacances au pays des gorilles !

Des touristes du monde entier viennent au Rwanda pour rencontrer les gorilles des montagnes, une espèce menacée que ce pays africain a su préserver, conciliant écologie et économie. Grâce à la protection des gorilles, des emplois ont été créés, des milliers d'enfants peuvent aller à l'école, des routes ont été construites et de nombreux villages bénéficient aujourd'hui enfin de l'eau potable.
 
Diffusion le 1er mai à 16h40 et 20h35 sur France 5

 

 

Amicalement

FM/Gorilla .


 MARS 2011 : VOYAGE AU RWANDA

Chers amis, bonjour,

Un voyage au Rwanda, au pays des gorilles, vous est proposé du 18 au 27 mars 2011.

Assurément l'une des rencontres les plus émouvantes du continent africain, le rendez-vous avec les gorilles. Ce périple vous conduira tour à tour d’Akagera au parc national des volcans et à Kinigi, immortalisé par Diane Fossey, l'un des meilleurs endroits pour observer et photographier dans de bonnes conditions le gorille de montagne; Et lorsque vous aurez plongé votre regard dans les yeux d'un gorille, vous ne serez plus jamais le/la même.

Vous souhaitez vivre une aventure exceptionnelle et réaliser votre rêve sur la piste des derniers grands gorilles de montagne ?

L'association Gorilla associée à Objectif Nature proposent aux amoureux de la nature et des gorilles un séjour au Rwanda, de l'Akagera au Parc national des Volcans, à la rencontre des derniers gorilles de montagne.

Toutes les personnes intéressées par ce voyage découverte doivent s'inscrire auprès d’Objectif Nature. Pour plus de renseignements, contactez Objectif Nature au 01.53.44.74.30 (Adeline) - www.objectif-nature.com

--- Cliquez ici pour accéder au programme complet de ce séjour. ---

Amicalement

FM/Gorilla .


 DECEMBRE 2010 :

Population de gorilles de montagne en augmentation : 786 individus

Le recensement mené en mars et en avril 2010 a révélé que 480 gorilles de montagne (Gorilla gorilla beringei), répartis en 36 groupes et 14 mâles solitaires à dos argenté, vivent dans le massif des Virunga, sur le territoire contigu de trois parcs nationaux : le Parc national des Virunga, en RDC, le Parc national des volcans, au Rwanda, et le Parc national des gorilles de Mgahinga, en Ouganda. Le seul autre endroit où les gorilles de montagne existent est la Forêt impénétrable de Bwindi, en Ouganda. Avec les 302 gorilles des montagnes recensés à Bwindi en 2006 et quatre gorilles de montagne orphelins gardés dans un refuge en RDC, la population mondiale des gorilles de montagne s’élève 786 individus.

Au moment du recensement précédent entrepris dans les Virunga en 2003, leur population était estimée à 380 individus. Le chiffre actuel représente donc une augmentation de 26,3% en sept ans, qui est correspond à un taux de croissance annuelle de 3,7%. Cette croissance a eu lieu malgré la mort d’au moins de neuf gorilles, dans quatre incidents distincts, au cours de la même période.Sur les 480 gorilles des montagnes recensés, 352 (73%) sont des individus habitués au tourisme ou à l’observation scientifique (349 membres de groupes et trois mâles solitaires) et 128 évitent l’homme (117 vivant en groupes et 11 mâles solitaires)."Les effectifs des gorilles ont connu une augmentation tout à fait remarquable par rapport aux quelque 250 spécimens qui vivaient il y a trois décennies. Leur croissance est le fruit des efforts permanents de collaboration des organismes et institutions de la RDC, du Rwanda et de l'Ouganda", a déclaré Augustin Basabose, coordonnateur du Programme international de conservation du gorille (PICG).


 SEPTEMBRE 2010 A NIMES : MARCHE PACIFIQUE

Samedi 11 septembre 2010, à 14h00, l'Alliance Anticorrida organisera une marche pacifique à Nîmes pour sensibiliser le grand public, cinq jours avant la feria des Vendanges. En 2008, nous étions près d'un millier. La couverture de presse écrite est disponible ici : http://www.allianceanticorrida.fr/Docs_atelecharger/revue_presse_manif_08.pdf

Le but est de faire de ce ressemblement un succès plus important que le précédent.

Cette année, pour donner une image d'unité et de détermination encore plus importante,  le défilé se fera derrière le visuel d'un taureau supplicié sans aucune inscription.

L'Alliance Anticorrida invite toutes les associations européennes existantes dont l'Association Gorilla. Son président, Fabrice Martinez, sera de ce rassemblement unitaire. Venez nombreux !


Mai 2010 - RWANDA : 4 gorilles des montagnes meurent de froid dans le parc des volcans

Quatre gorilles des montagnes, une femelle et trois bébés, sont morts, vraisemblablement de froid, dans le nord-ouest du Rwanda, dans la région des volcans, frontalière avec la République démocratique du Congo (RDC), a-t-on appris jeudi de sources concordantes.

Les quatre gorilles, une femelle et trois bébés, appartenaient à un groupe baptisé "Pablo". Il ont été retrouvés en début de semaine par des rangers du centre de recherche de Karisoke, dans les montagnes du nord-ouest du Rwanda.

"La mort soudaine de ces quatre gorilles n'est pas seulement un choc, c'est aussi une énorme perte pour le Rwanda et pour toute l'équipe de conservation" des gorilles des montagnes, a commenté Rica Rwigamba, en charge du tourisme au sein du Bureau de développement du Rwanda. Près de 700 gorilles des montagnes, une espèce menacée d'extinction, vivent dans cette région des volcans, à cheval entre le Rwanda, l'Ouganda et la RDCongo.

Les gorilles pourraient disparaitre dans une grande partie du Bassin du Congo d'ici 2020, à moins que des mesures drastiques soient mises en place en urgence pour sauvegarder leurs habitats et pour contrer le braconnage, a prévenu le PNUE et INTERPOL.

Les prévisions précédentes du PNUE, faites en 2002, estimaient que 10% de l'habitat original des grands singes subsisterait d'ici 2030. Aujourd'hui, ces prévisions semblent malheureusement trop optimistes, compte tenu de l'intensification des pressions exercées sur l'espèce telles que l'exploitation minière, l'exploitation forestière illégale, la production de charbon de bois, et la demande accrue de viande de brousse, dont une proportion croissante est de la viande de singe.

La recrudescence du virus Ebola vient s'ajouter aux préoccupations. Cette fièvre hémorragique a tué des milliers de grands singes dont les gorilles. Selon certaines estimations, 90% des animaux infectés sont condamnés.

La nouvelle lancée lors de la réunion de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES) au Quatar, souligne que la situation est particulièrement critique dans l'Est de la République Démocratique du Congo (RDC) en raison des dégats occasionés par les milices qui controllent la région.

Le nouveau rapport d'évalution, intitulée "La dernière bataille du gorille - Crime contre l'environnement et conflits dans le Bassin du Congo", rapporte que ces milices de l'Est de la RDC pratiquent toutes sorte de commerces illégaux dont la valeur est estimée à plusieurs millions de dollars par an.

Il indique également que la contrebande ou l'extraction illégale de minerais tels que les diamants, l'or, le coltan et le bois de construction finissent par traverser les frontières, transportée par des passeurs puis vendus aux compagnies internationales avant d'être embarquée vers des pays d'Asie, de l'Union européenne et du Golfe.

L'exportation de minerais et de bois de construction pourrait être 2 à 10 fois plus importante que ce que prétendent les statistiques officielles.

Les Milices - Un Elément Clef

Le commerce illégal est en partie du aux milices opérant aux croisements des frontières, ce qui avec les paiements des taxes routières pourrait leur rapporter entre $14 et $50 millions par an et les aider à financer leurs activités.

En même temps, l'insécurité dans la région a entrainé des centaines de milliers d'individus dans des camps de réfugiés. Les camps de forage et d'extraction, probablement liés aux milices, engagent des braconniers pour fournir les réfugiés et les marchés des villes environnantes avec de la viande de brousse.

« C'est une tragédie pour les grands singes mais aussi pour un nombre incalculable d'autres espèces qui sont touchées de plein fouet par l'intensification de ces pratiques et également bien trop souvent par le commerce illégal. En définitive, c'est aussi une tragédie pour les personnes qui vivent dans les communautés et les pays concernés. Ces ressources naturelles sont leurs ressources : celles dont dépendent la subsistance et la vie de millions de personnes » affirme Achim Steiner, le Secrétaire général adjoint de l'ONU et le Directeur exécutif du PNUE.

« En bref, il s'agit d'un crime contre l'environnement. Les gorilles sont encore une autre victime du mépris affiché par les gangs criminels organisés pour les lois nationales et internationales visant à défendre la nature », a déclaré David Higgins, directeur du Programme des crimes contre l'environnement d'INTERPOL.

Un rapport de 2002 estimait qu'environ 28%, soit quelques 204 900 kilomètres carré, de l'habitat restant aux gorilles d'Afrique, pourraient être classées comme « relativement intactes ».

« Si les infrastructures continuent à être construite à ce rythme là, l'espace restant pour les gorilles en 2030 ne sera plus que de 69 900 mètres carrés soit 10% du territoire initial. Cela correspond à une perte d'habitat de 2,1% par an, soit 4500 kilomètres carrés, recouvrant plusieurs pays dont le Nigéria, le Gabon, le Cameroun et le Congo », soulignait le rapport à cette époque.

Christian Nellemann, le principal auteur du rapport de 2002 sur les grands singes a reconnu que l'évaluation initiale avait sous-estimé l'ampleur du commerce de la viande de brousse, de l'augmentation de l'exploitation forestière et de l'impact du virus Ebola sur les populations de grands singes.

« Etant donné l'accélération actuelle du taux de braconnage pour le commerce de viande de brousse et la perte de leurs habitat naturel, les gorilles du Bassin du Congo pourraient disparaître de toutes les régions où ils sont présent actuellement d'ici 10 à 15 ans », a-t-il expliqué.

La bonne nouvelle concerne la région du Virunga, un domaine situé entre le Rwanda, l'Ouganda et la RDC. Les gorilles y ont survécu pendant plusieurs périodes d'instabilité grâce à la collaboration transfrontière entre les trois pays, une meilleure application de la loi et le partage des bénéfices avec les communautés locales.

Enfin, il ne faut pas oublier de citer les efforts des courageux rangers des Parcs nationaux qui ont, par exemple, détruit plus de 1000 fours impliqués dans la production de charbon dans la Parc national de Virunga. Mais cette lutte des gardes du parc à toutefois eu un prix, puisque 190 d'entre eux ont été assassinés dans l'exercice de leurs fonction au cours de ces dernières années, suite aux pertes de revenus que leurs activités de protection de la nature occasionnaient aux milices.


Jeudi 18 Mars 2010 à 19h30 : Soirée "Unis pour la conservation des grands singes" au Parc de Thoiry

Le Parc de Thoiry vous invite le jeudi 18 mars à une soirée pour la protection des grands singes.

Venez dialoguer dans une ambiance conviviale avec des professionnels animaliers des menaces qui pèsent sur nos cousins. Des primatologues et d’autres passionnés, acteurs de la protection des primates, seront là pour répondre à vos questions et partageront leurs expériences de terrain.

Cette soirée est aussi l’occasion de découvrir le métier de soigneur animalier et le rôle que jouent les parcs zoologiques dans la préservation des espèces animales.

Au programme
- Buffet campagnard
- Conférences débats
- Rencontre avec des professionnels animaliers de toute la France
- Animations

Tarif adulte : 20€ - Tarif Enfant 12€

En participant à cette soirée vous aiderez à protéger les Grands Singes. Alors venez nombreux !

Cette soirée est organisée par l'AFSA (Association Francophone des Soigneurs Animaliers) Les bénéfices seront intégralement reversés au Goualougo Triangle Ape Project. (Association visant à préserver une zone du bassin du Congo, d’étudier et de protéger des populations de gorilles et de chimpanzés de cette région)

Renseignements et Réservation au 01 34 87 49 26
chateau@thoiry.net

INVITATION

02 Janvier 2010 :

KINSHASA, Congo-KinshasaLe volcan Nyamulagira est entré en éruption samedi à l'aube dans le Parc national des Virunga, dans l'est du Congo-Kinshasa (RDC). Il s'agit d'un des volcans les plus actifs d'Afrique. Le Nyamulagira a commencé à répandre sa lave sur le parc national longeant le flanc sud du volcan. Le Mont Nyamulagira se situe à 55 kimomètres de Goma, la capitale de la province frontalière congolaise du Nord Kivu.

La lave se dirige vers une zone peu peuplée. Elle continue à avancer vers la forêt. Aussi, les responsables de la réserve s'inquiètent des conséquences que l'éruption pourrait avoir sur les animaux du Parc. Des gardes ont été déployés dans cette zone pour surveiller les coulées de lave qui, semble-t-il, se dirigent vers une zone où vivent une quarantaine de chimpanzés d'une espèce protégée.

La réserve des Virunga abrite 200 gorilles de montagne sur les 720 derniers recensés dans le monde, mais a priori aucun d'eux ne vit dans la zone affectée par l'éruption.


NOVEMBRE 2009 - Expédition RTL au Congo pour la sauvegarde des gorilles et de la forêt :
Pour en savoir plus sur les causes de disparition des grands singes en Afrique, la situation des derniers gorilles et de la forêt tropicale, cliquez sur ce lien : http://www.rtl.fr/fiche/5930534467/journee-speciale-l-expedition-rtl-au-congo.html


SEPTEMBRE 2009 : Rwanda : Mort de Titus, le légendaire « roi des gorilles » des montagnes

C'est avec une grande tristesse que l'ORTPN a annoncé la mort du légendaire Titus, connu comme le roi des gorilles. « Il n'était pas seulement le plus puissant des dos argentés du Parc national des Volcans ; il était aussi l'un des gorilles les plus connus », selon l'ORTPN.

« Né le 24 août 1974, il a été toute sa vie l'objet de nombreuses études scientifiques », ajoute le communiqué en précisant que Titus était « mort de vieillesse à l'âge de 35 ans ». Aucun scientifique n'aurait pu prévoir son ascension au sein du groupe. Car Titus a malheureusement subi beaucoup de tragédies dans sa vie. Des membres de sa famille ont été tués par des braconniers. Alors qu'il était encore bébé, Titus a été abandonné par sa mère après une violente attaque par un mâle dominant. Adolescent, Titus est devenu membre d'un groupe de jeunes mâles, rejoints peu après par cinq femelles. Beetsme, le mâle dominant mais vieillissant, a alors cédé sa place à Titus, qui a pris la tête du groupe et lui a donné son nom.


Photographie de Titus fournie par l'Office rwandais du tourisme et des parcs nationaux (ORTPN)

Titus, qui avait fait en 2008 l'objet d'un documentaire intitulé « Titus, le roi des gorilles », a eu une nombreuse descendance. Sa mort est vécue comme une immense perte pour le Rwanda et tous ceux qui l’ont côtoyé de près comme Fabrice Martinez, le président de Gorilla. Il se souvient : « J’ai connu Titus en 1987 alors que je séjournais au centre de recherche de Karisoke. Titus n’était pas accessible aux touristes mais seulement aux scientifiques et à quelques privilégiés. Il était déjà impressionnant. J’avais été surpris par son calme et sa sagesse. C’est l’un des premiers gorilles que j’ai eu la chance d’observer et de photographier libre dans le Parc des Volcans. Il est mort de vieillesse. Au moins n’a-t-il pas été « assassiné » comme bien d’autres… »

« Malade et affaibli, Titus avait commencé à dépérir la semaine dernière », a expliqué la directrice de l'ORTPN, Rosette Rugamba. Et d’ajouter : « Les autres gorilles portent le deuil de sa mort, ils nettoient le corps. Il faut faire très attention, on ne peut pas enlever le cadavre comme ça. Nos vétérinaires pratiqueront une autopsie dès que possible », comme le prévoit la procédure pour chaque gorille décédé dans le parc.

Les arrangements pour son inhumation n'ont pas encore été fixés. De nombreux gorilles sont enterrés dans un cimetière réservé aux grands singes, près de la tombe de la célèbre primatologue américaine Dian Fossey. Il serait normal qu’il y retrouve celle qui a tant fait pour les sauver.

Grâce aux efforts de l'ORTPN et de ses partenaires, le nombre des gorilles des montagnes a continué d'augmenter ces dernières années. Parmi les 380-400 gorilles qui vivent dans le massif des Virungas entre le Rwanda, la RDC et l'Ouganda, au moins 265 vivent en territoire rwandais, où ils sont quotidiennement surveillés.


AOUT 2009 - Dernières nouvelles du feu dans l'habitat des gorilles de montagnes :
Le feu a été maitrisé en date du 23/07/2009. 4000 personnes de 2 pays (Rwanda et Ouganda) assistées par des hélicoptères militaires aspergeant de l'eau sur le feu ont été mobilisées. Le secteur touché par le feu à la limite entre les deux pays n'est heureusement pas un secteur très fréquenté par les gorilles. On a pas encore estimé la superficie totale affectée et tous les groupes de gorilles connus sont sains. Pour en savoir plus, voici ce lien. Désolé, il est en anglais. http://www.igcp.org/news/news_fires2.html


A découvrir :
ECHO DES GORILLES - Janvier-Avril 2009 - N°10 - Projet Lésio-Louna - CLIQUEZ-ICI

Communiqué de Gorilla :
Le voyage au Rwanda, au pays des gorilles, initialement programmé pour le second semestre 2009 est reporté à une date ultérieure, en 2010. Merci de votre compréhension.


AVRIL 2009 :

Odile De Wismes
, artiste-sculteur, présentera ses oeuvres en Bronze à la Galerie Hugues Penot à La Baule (44) sous le thème "Qui singe qui ?" L'occasion d'un face à face avec ceux qui nous ressemblent tant... et peut-être d'un coup de coeur pour les représentations d'une artiste engagée.

SPALe Gorille, le costaud de la jungle

Un nouvel ouvrage vient de paraître dans la collection Mini-Patte, aux éditions Milan Jeunesse (à partir de 4 ans)

Malgré sa force colossale, le gorille est un animal doux et pacifique. Il vit en famille dans les forêts humides de l'Afrique équatoriale. Exclusivement végétarien, il consacre ses journées à jouer, manger et faire des siestes...

Texte de Fabrice Martinez - photos couleurs Bios - 30 pages - 9,50 euros


2009 sera l'année de la protection du gorille :

Le programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE) vient de lancer l'année du Gorille. A cette occasion, des projets de protection du plus proche cousin de l'homme sont mis à l'étude en République Démocratique du Congo, au Cameroun, au Rwanda et en Ouganda, qui prévoient le renforcement du niveau de vie des populations humaines qui vivent à leurs côtés. L'initiative vise à renforcer la coopération entre Etats pour protéger les parcs nationaux.

Ainsi :
- En République démocratique du Congo (RDC), des "fours fusée" innovants permettent de cuire tout en réduisant de 70% l'utilisation de bois ou de charbon.
-  Au Cameroun, un programme d'apiculture vise à réduire le commerce de la viande d'animaux sauvages
- Enfin, au Rwanda et en Ouganda, l'éco-tourisme lié aux grands singes se développe. Leurs programmes pourraient être copiés en Afrique de l'Ouest et notamment au Gabon.

Les gorilles sont toujours "gravement en danger" en raison de la chasse et de leur présence dans des régions riches en ressources naturelles. Les populations de gorilles de montagne en RDC, au Rwanda et en Ouganda se limitent à 700 animaux contre 300 au Cameroun et au Nigéria. Les gorilles des plaines en RDC sont passés de 17.000 il y a dix ans à 5.000 aujourd'hui. Il reste quelque 200.000 gorilles des plaines en Angola, en République Centrafricaine, au Cameroun, en RDC, au Gabon, en Guinée équatoriale et en République du Congo, animaux également menacés, selon le PNUE.

GORILLA


DECEMBRE 2008 :

La mort du doyen des chimpanzés d’Afrique

Le chimpanzé Grégoire, doyen probable de tous les chimpanzés d’Afrique, est mort le 18 décembre 2008, à l’âge de 66 ans, au Sanctuaire de Tchimpounga, au Congo. Placé en 1944 au zoo de Brazzaville, à l’âge estimé de 2 ans, Grégoire y a passé 53 années (!) derrière les barreaux. En 1997, en pleine guerre civile, alors que des combats violents faisaient rage à l’aéroport de la capitale, au voisinage du zoo, il a été transféré au centre d’accueil de chimpanzés orphelins de Tchimpounga de l'Institut Jane Goodall, près de Pointe-Noire. Grégoire y a passé le reste de sa vie et s’y est fait remarquer par son caractère étonnamment doux et joueur pour un vieux primate, dont il faisait montre tant à l‘égard de ses congénères que du personnel de l’établissement. Grâce à des articles de presse et reportages de télévision qui lui ont été consacrés, l’ancienne mascotte du zoo de Brazzaville est rapidement devenue une véritable célébrité internationale. Grégoire était presque certainement le plus âgé des chimpanzés d’Afrique, y compris ses frères vivant à l’état sauvage. Mais il n’était pas pour autant le doyen de tous les chimpanzés. En effet, un de ses frères captifs, Jiggs, l’un des chimpanzés qui ont « joué », dans les années 1930 et 1940, le rôle de Cheeta aux côtés de Tarzan, interprété par Johnny Weismuller, a soufflé cette année, aux Etats-Unis, ses 76 bougies.

GORILLA  GORILLA

Le centre de protection de la faune de Limbé, au Cameroun, a pour mission de secourir les animaux victimes du braconnage. Il est implanté au sud de la Province camerounaise de l'Ouest, au bord de la petite ville de pêche de Limbé, au beau milieu de l'écosystème du Mont Cameroun. Cet écosystème possède le deuxième plus haut degré de biodiversité en Afrique (UICN 1972). Pourtant, malgré le statut de cette région, la forêt souffre de l'abattage illégal et du braconnage pour le commerce de la viande de brousse. Les jeunes chimpanzés ou gorilles, trop petits pour fournir assez de viande, sont vendus comme animaux de compagnie, après qu'ils aient vu toute leur famille massacrée. L'existence de ce centre est une réponse directe à ce problème crucial puisqu'il s'occupe des jeunes primates saisis par les autorités. Véritable asile, ces orphelins suivent un processus de réhabilitation au sein de structures adéquates. Enfin, ce centre développe également de nombreux programmes de sensibilisation à la protection de la nature destinés aux enfants des écoles de la région notamment à travers un livre intitulé "Histoires de Gorilles", et largement distribué sur une initiative Tchèque.

Contact : info@limbewildlife.org

GORILLA  GORILLA


SPAVente d'un calendrier grands singes par la SPA :

La SPA a créé un calendrier 2009 pour la sauvegarde des grands singes.Vendu seulement 5.99€ sur vitrine magique, les ventes de calendriers permettront de financer un projet de l'association HELP CONGO présidée par Aliette JAMART. Nous vous invitons à soutenir cette initiative et à acheter un calendrier pour vous ou pour l'offrir. Il est de format A4 et comprend 12 photos de grands singes de Stéphanie Meng. L'opération est parrainée par olivier Mine et tous les bénéfices seront reversés à la protection des grands singes et de leur environnement.

C'est un cadeau malin alors aucune hésitation, commandez sur vitrine magique (http://www.vitrinemagique.com) le calendrier SPA 2009. Cliquez sur ce lien pour voir le calendrier : http://www.vitrinemagique.com/FrontOfficePortailCidal/catalogue_fra/loisirs/jardinage/
accessoires-pour-animaux/le-calendrier-singes-spa/33049-le-calendrier-singes-spa.html


SEPTEMBRE 2008 :

KINSHASA (CONGO) -
Plus de 1.000 soldats ont quitté en début de mois le Parc national des Virunga, dans l'est du Congo-Kinshasa, qui sert de refuge aux gorilles de montagne. Une décision destinée, selon le directeur du parc, à préserver l'environnement de cette espèce en voie de disparition, qui est fréquemment victime de combats entre l'armée régulière et les rebelles. La totalité des soldats et leurs familles, soit environ 6.000 personnes, ont déménagé après cet accord. L'objectif est de "réduire la présence humaine dans la zone et de préserver la flore et la faune d'un des parcs nationaux les plus anciens d'Afrique", a souligné le responsable du parc. Fabrice Martinez, président-fondateur de l'Association Gorilla, se réjouit de cette décision car il fallait absolument réduire l'impact humain sur ce territoire. La vocation de ce parc crée au début du siècle dernier et érigé en sanctuaire pour gorilles est de protéger cette faune et cette flore unique. Jusqu'à présent, la présence de nombreuses factions armées était de nature à mettre en péril le devenir des derniers gorilles. Même si le départ des soldats ne veut pas dire que tout est réglé, c'est un encouragement et un signe fort de la volonté des autorités congolaises à sauvegarder coûte que coûte cet environnement exceptionnel qui n'a jamais été, il est vrai, aussi menacé. Il n'y a plus que 700 gorilles de montagne au monde, dont plus de la moitié vivent dans les Monts Virunga, vaste territoire réparti entre le Congo-Kinshasa, le Rwanda et l'Ouganda. Seuls 200 vivraient encore au Congo, dont 72 sont habitués aux humains. Dix d'entre eux ont été victimes des combats l'an dernier.Le parc national des Virunga, premier parc national d'Afrique créé en 1925, est classé au patrimoine mondial de l'UNESCO.

gorillaJUIN 2008 :

L'Association Gorilla vous propose de découvrir le film réalisé au Congo, caméra au poing, par Fabrice Martinez, et intitulé "Noël à Conkouati". L'occasion de mieux connaître le travail formidable réalisé par Aliette Jamart et son association HELP CONGO. Enfoncez-vous dans la forêt à la rencontre des chimpanzés, éléphants et gorilles... Ce film d'une durée de 45 minutes propose également quelques bonus exceptionnels (interviews et clips de Clouman).

A découvrir !
Ce DVD exclusif est vendu 15 euros au profit de Gorilla et de Help Congo.


MAI 2008 :

Rencontre avec Aliette Jamart, présidente de HELP CONGO. Nouvellement promue Chevalier de la Légion d'Honneur (et c'est bien mérité !), Aliette
et Fabrice Martinez se sont rencontrés chez Stéphanie MENG dans l'Hérault pour évoquer les actions en faveur de la nature et de la faune congolaise. Gorilla continuera à soutenir les actions de HELP en faveur des chimpanzés.
Stéphanie a créé le site des passionnés de grands singes que nous vous invitons à consulter sans modération : GRANDS-SINGES.COM
Ce site très pratique regroupe des informations sur les grands singes ainsi que les moyens de les rencontrer et de participer à leur protection. Il a aussi pour but l'échange d'expériences et de connaissances.

Gorilla vient d'éditer de nouveaux autocollants vendus 5 euros au profit de la cause des grands singes.

Clouman, un artiste rare, soutient l'action de Gorilla. Nous vous recommandons son dernier album et son nouveau clip "le Peu de Toi", actuellement en ligne. Ce clip formidable, très émouvant, vous fera aimer l'artiste et son oeuvre largement inspirée des problèmes de notre temps. Téléchargez-le ! Ecoutez-le ! Vous ne le regretterez pas. Sa sensibilité est la nôtre, la vôtre. Merci Clouman...

http://www.clouman.com
http://myspace.com/clouman
http://www.dailymotion.com/clouman
http://www.youtube.com/CLOUMAN69

MARS 2008
Découverte des principaux sites de protection des orangs-outans
Sylvie DILY, membre du WWF, vous propose de partir à la découverte des orangs-outans sur l'ile de Kalimantan (Bornéo)
avec remontée du fleuve en bâteau de pêcheur et découverte des communautés Dayak.
Prix du séjour (10 jours) : 1850 euros seulement TTC !

Pour tous renseignements, contacter Sylvie Dily au 06.29.74.55.01. ou sylvie.dily@hotmail.fr


4-5-6-7 Octobre 2007
3EME FESTIVAL DU FILM ECOLOGIQUE A BOURGES  (18)

Présence d'un stand Gorilla à l'initiative de Annick Vanpoperynghe
Séance de dédicaces du livre de Fabrice Martinez "Au secours des Gorilles"
Le Président de Gorilla participera à la conférence
sur la disparition des forêts tropicales en Afrique à l'initiative de l'Association Greenpeace
Samedi 6 octobre, de 18H00 à 20H00 au Palais d'Auron.


UNE PETITION LANCEE :
HALTE AU MASSACRE DES DERNIERS GORILLES DE MONTAGNE !

Plusieurs centaines de signatures ont été reccueillies lors du dernier festival du film écologique à l'intiative des élèves de la classe de 3ème et de leurs professeurs du Lycée Agricole de Bourges. Très mobilisés autour de la cause des gorilles, cette pétition sera adressée prochainement à Son Excellence Joseph KABILA, Président de la République Démocratique du Congo. Nous espérons une réponse rapide.

Gorilla remercie infiniment l'initiative de ces lycéens et de leur professeur Annick. Fabrice Martinez qui était accompagné d'Aliette Jamart de Help Congo et de Jérôme Narbonne gardera longtemps un excellent souvenir pour l'accueil réservé.


Juillet - Août 2007
FABRICE MARTINEZ A LA FERME AUX CROCODILES A PIERRELATTE (DROME)
où il dédicacera son livre "Au secours des gorilles".
Mercredi 25 juillet 2007 de 10h00 à 12h00 et de 15h00 à 18h00
Dimanche 12 août  2007 de 10h00 à 12h00 et de 15h00 à 18h00

30 juin 2007
Rwanda : Troisième Cérémonie annuelle d’attribution de noms aux gorilles de montagne

Le Rwanda abrite près du tiers des 750 derniers gorilles de montagne. Depuis plusieurs décennies, le Rwanda a occupé une place de choix en matière de conservation du gorille de montagne. Les gorilles sont des "ambassadeurs" qui attirent chaque année plus de 30.000 visiteurs. L’industrie touristique rwandaise s’est accrue durant les sept dernières années et tend à atteindre le chiffre 70.000 touristes en 2010 ! Chaque croissance dans le secteur du tourisme est étroitement liée à la conservation. Ces touristes contribuent ainsi aux efforts de conservation. Le Samedi, 30 juin 2007, l'Office Rwandais du Tourisme et des Parcs Nationaux (ORTPN) organise à Kinigi la troisième cérémonie annuelle d’attribution de noms aux gorilles de montagne. Pour cet événement, les noms seront attribués aux 23 nouveaux gorilles de montagne nés récemment dans le Parc national des Volcans. Le thème pour cette année est " Célébrons les efforts de conservation". Ce thème a été choisi en vue de reconnaître le rôle significatif dans la protection et la croissance du gorille de montagne. La campagne d’attribution de noms aux gorilles vise à garantir le future du gorille de montagne et fournir une opportunité à tous ceux qui s'intéressent à la conservation des gorilles en contribuant à cet effort commun. La cérémonie sera suivie par un fundraising qui pourra permettre de collecter les fonds destinés à la conservation de cette espèce en danger.

· Une plateforme sera érigée sur le terrain de l’Hôtel Gorilla Nest pour la cérémonie traditionnelle d’attribution de noms aux gorilles qui sera suivie de l’ambiance de musique et danses traditionnelles rwandaises.

MERCREDI 30 MAI 2007 de 19 H 30 à 20 H 30 à LYON au Magasin "RACONTE-MOI LA TERRE" situé 38 rue Thomassin 69002 LYON aura lieu une conférence animée par Sylvie DILY, Membre du WWF France, sur le thème de "la Protection des Grands Singes" avec Fabrice Martinez, Président-Fondateur de l'Association GORILLA et Amandine Renaud de HELP CONGO.Mercredi 25 avril 2007, à 18h00, au Muséum d'Histoire Naturelle de Grenoble (1, rue Dolomieu - Tél. : 04.76.51.27.72.), conférence sur le thème : les grands singes vont-ils disparaître ? Dans le cadre de l'exposition "Le propre du singe et de l'homme", présentation du film "Au secours des gorilles", exposé et discussion avec Fabrice Martinez. Entrée libre et gratuite.02/2007 - Fabrice Martinez sera l'invité de Kriss, sur France Inter, le dimanche 25 février 2007, de 12h00 à 13h00. Liens --> 12/2006 - Revue de Presse : Un "reportage-portrait" paru dans le quotidien Le Dauphiné-Libéré du 08/12/2006 dédié à la cause des gorilles.

11/2006 : De retour du Rwanda, des photos de cet évènement dans la rubrique Rwanda 2006.

Fabrice Martinez et Vladimir Prudik se rendront au Rwanda du 14 au 24 octobre 2006
pour y rencontrer les autorités du pays et soutenir la lutte anti-braconnage et la sensibilisation des populations autochtones du parc national des volcans.



Fabrice MARTINEZ
interviendra
lors d'une soirée conférence sur le thème :
"La protection des forêts tropicales
et des grands primates"
,
le Samedi 23 Septembre 2006
(ouverture des portes à 19h00)
Salle des Fêtes de la Garenne -
60, Avenue du Général Eisenhower - 69005 LYON

Avec l'aimable participation de scientifiques,
Maître de conférence,
hommes de terrain (projection de diapositives,
court métrage, stands pédagogiques)
.
Réservation : Sylvie DILY au 06.29.74.55.01

Un livre à paraître sur les gorilles
"Au secours des gorilles" sera le titre du livre de Fabrice Martinez à paraître prochainement aux éditions Presses du Midi. Ce livre-document est un témoignage pour la vie. Il vous entraînera du Rwanda et son célèbre parc des volcans, au Congo, dans l'étonnante forêt inondée de Conkouati Le choix du plus grand anthropoïde vivant tient à l'urgence de sa situation. Peu nombreux, très localisé, victime de la déforestation et du braconnage, le plus majestueux et le plus puissant de nos cousins a presque disparu... Vous pouvez d'ores et déjà réservé cet ouvrage passionnant en vous adressant à l'association Gorilla.

Rendez-vous avec l'Ambassadeur du Rwanda à Paris
M. l'Ambassadeur du Rwanda à Paris recevra le président de Gorilla ce vendredi 7 juillet à Paris pour évoquer la situation des derniers gorilles de montagne dans le parc des volcans et les termes d'une franche collaboration toujours d'actualité entre l'association française et les autorités de ce pays d'Afrique centrale. Fabrice Martinez sollicitera une audience auprès du Président de la République Rwandaise lors d'un déplacement qu'il effectuera en octobre prochain au Rwanda.


Association Française pour la Protection des Gorilles et autres Primates.
Président fondateur : Fabrice MARTINEZ
Association GORILLA - B.P. 131 - 26702 PIERRELATTE CEDEX
Tél. 06 86 96 51 57 - www.gorilla.fr - contact@gorilla.fr

Avec l'aimable collaboration du GROUPE GAMMA